C'est une nouvelle association du rat et de la puce que des chercheurs russes sont en train d'imaginer, pour créer des rats cyborgs capables de se faufiler dans les moindres recoins pour renifler et détecter des explosifs ou de la drogue.L'idée est d'implanter une puce électronique dans le cerveau du rongeur.Alors pourquoi le rat? Et pourquoi la puce ? Parce que l'animal a du nez. Ce sont les neurones sensoriels du rat qui intéressent les scientifiques russes: elles renferment des protéines réceptrices capables de capter et de différencier un très grand nombre d'odeurs, un odorat largement supérieur à celui du chien par exemple, explique la journaliste du site russe RBTH. Quant au circuit intégré (la puce) elle devrait servir à décrypter les informations qui parviendront jusqu'au cerveau du rongeur, y compris si la matière reniflée n'est présente qu'en très faible quantité et que l'animal lui-même ne réagit pas. La nouveauté en fait, c'est la puce, car des rats démineurs existent déjà dans de nombreux pays. La Colombie, Israel ou les Pays Bas notamment les utilisent déjà pour flairer les explosifs. L'équipe de scientifiques russes a elle décidé d'intégrer des informaticiens... dont l'objectif est de créer des algorithmes pour établir un lien entre les impulsions cérébrales de l'animal et les odeurs qu'il détecte. Les ingénieurs collectent pour l'instant le maximum de statistiques pour mettre au point - si tout va bien en milieu d'année prochaine - la puce qui permettra, à distance, d'identifier les substances recherchées. D'après le ministère russe de la santé, les rongeurs seraient aussi capables de repérer l'odeur de certaines maladies... comme celle de la tuberculose ou celle de certains cancers à des stades de développement très précoces. Seul bémol dans cette histoire c'est qu'il faut 2 à 3 mois pour entraîner un rat de laboratoire à réagir à une substance... et sa durée de vie ne dépasse pas un an.Ce qui impliquera donc de dresser en permanence de véritables bataillons de rongeurs destinés dans un 1er temps à lutter contre le terrorisme.

Le terrorisme, encore et toujoursbien présent à la une de la presse internationale. Menace évoquée à l’approche de la Saint Sylvestre par la Tribune de Genève qui détaille le dispositif de sécurité qui sera déployé à New York sur Time Square demain soir. LeCritical Response Command, nouvelle unité antiterroriste, sera chargée, nous explique-t -on, de coordonner les 6000 policiers positionnés au cœur de la foule. Des citoyens préoccupés si l’on en croit ce sondage publié dans les colonnes du journal The Independent 74% des britanniques s’attendent à une attaque terroriste majeure sur leur territoire en 2016. Ce qui n’empêche certains touristes nous dit The Telegraph de profiter des offres à prix cassés des tours opérateurs vers des destinations à risque comme la Tunisie ou l’Egypte... Enfin le journal argentin La Nacion rappelle que le terrorisme reste la principale menace pour les journalistes à travers le monde. Près de la moitié des reporters disparus cette année ont été victimes des jihadistes…

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.