C'est une sorte de manuel de savoir vivre à l'attention des migrants – pas des touristes, mais bien de ceux qui voudraient travailler en Russie.

Tous les logements temporaires pour les réfugiés du Donbass en Russie fermés depuis le 1er janvier 2017
Tous les logements temporaires pour les réfugiés du Donbass en Russie fermés depuis le 1er janvier 2017 © Getty / Alexander Ryumin

On le sait peu, mais il y a environ 2 millions d'immigrés en Russie, essentiellement venus des anciennes républiques soviétiques.

L'idée est plutôt bonne, mais comment leur parler un langage qu'ils comprennent ? Le ministère de l'Intérieur a donc eu recours à la BD et, puisqu'on est dans l'univers de la BD, autant convoquer des superhéros russes.

Mais comme ils n'ont pas Superman ou Spiderman à disposition, c'est donc les héros des contes et légendes russes qui font office de donneurs de leçons. Avec une mention spéciale pour Vasilisa la futée, une jolie blonde à grande natte en coiffe pointue rouge.

On y trouve aussi les trois chevaliers, ou encore une sorte de Blanche-Neige version russe et même un méchant nommé Koschei qui tente de détourner les migrants du droit chemin. Bref, tous les personnages de légendes russes sont convoqués.

De plus, ces personnages de contes et légendes sont loin d'être innocents : les trois chevaliers par exemple sont des figures traditionnelles de la résistance aux invasions de hordes d'envahisseurs. On les convoque lorsque la patrie est en danger.

Ils n’expliquent pas seulement les démarches à suivre. Vasilisa la futée explique aussi qu’il ne faut pas parler fort dans les rues de Moscou, qu’il ne faut pas regarder de travers les femmes, qu’il ne faut pas manger dans la rue, ou encore qu’il s’offusquer si les policiers vous fouillent un peu rudement et vous demandent votre passeport.

Ce qui est contradictoire avec le fait que la Russie a éperdument besoin de travailleurs étrangers ! Avec une population vieillissante, qui ne cesse de diminuer, et surtout une émigration de jeunes Russes qualifiés qui n'a jamais été aussi élevée depuis 10 ans.

Moi je serais Poutine, les étrangers qui acceptent de travailler en Russie, je les accueillerais plutôt avec la belle Katyucha.

  • Une revue de presse sur le sujet des migrants mais aux Etats-Unis.

Les journaux américains, ce matin, sont remplies d'histoire de résistance à l'ordonnance de Donald Trump interdisant l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants d'un certain nombre de pays musulmans.

Dans le New York Times, on peut lire que tous les habitués d'une synagogue de la banlieue de Chicago se sont déplacés avec des pancartes de bienvenue à l'aéroport pour accueillir les derniers réfugiés syriens qui ont pu atterrir sans encombre aux Etats-Unis.

Le Washington Post, lui, raconte comment Ali et sa famille irakienne qui avait déjà leur visa pour les Etats-Unis, ont été bloqués à Bagdad par Trump. Ils sont des milliers comme Ali à devoir ainsi attendre malgré des visas en bonne et due forme.

Le Los Angeles Times, pour sa part, raconte comment des manifestants opposés à cette interdiction d'entrer aux Etats-Unis ont bloqué l'aéroport de la ville. Ils étaient des milliers, explique le journal, à converger vers l'aéroport international.

Tous criaient : « laissez-les passer », « l'amour, pas la haine, fait la grandeur de l'Amérique », une allusion évidemment au « America great again de Donald Trump ».

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.