Ce matin, on part pour Cleveland, dans l'Ohio, pour une histoire qui mêle sport et Amérindiens...

Changement de logo pour l'équipe de baseball de Cleveland
Changement de logo pour l'équipe de baseball de Cleveland © Getty / Brace Hemmelgarn

Depuis lundi soir, c'est officiel, les Indiens de Cleveland n'auront plus pour logo le Chef Wahoo. Cela faisait 70 ans l'année dernière que cette équipe de baseball s'était choisi pour mascotte ce visage souriant ou grimaçant, c'est selon, d'un indien d'Amérique.  

Je vais essayer de vous le décrire : visage rouge, bien entendu, yeux triangulaires, vaguement menaçants, sourire plein de dents blanches, pour le contraste et plume plantée en arrière : le chef Wahoo est bien une caricature.  

Il était partout le chef Wahoo : sur les t-shirts de l'équipe, sur les mugs, sur les billets, et jusqu'en 1996, en énorme à l'entrée même du stade de Cleveland. Sauf que depuis des années les Amérindiens et les associations antiracistes voulaient son scalp.  

Et ils l'ont eu, fini le Chef Wahoo... 

Oui, mais pas tout de suite : il faut un petit peu de temps pour se retourner et surtout d'écouler les stocks de produits dérivés. Donc la fin, ce sera pour 2019. De plus, l'équipe de baseball se réserve le droit de sortir des éditions limitées. Un cent et un cent !  

Mais ce qui est intéressant, c'est que cette victoire intervient quelque heures avant que Donald Trump ne prononce son discours sur l'Etat de l'Union, lui qui a pris fait et cause pour l'autre équipe qui utilise un logo et un nom offensant pour les Amérindiens.  

Les Redskins de Washington !   

Une équipe de football américain cette fois ! Redskins, c'est « peaux-rouges », un terme qu'on n'utilise déjà plus en Français et qui, aux Etats-Unis, est carrément insultant. Le logo est à l'avenant : visage rouge, nez busqué, coiffe indienne et l'air patibulaire.  

Jusqu'à présent impossible d'obtenir que les Redskins de Washington – la capitale tout de même – changent de logo et (ou) de nom. Ni même d'épargner aux générations futures l'embarras d'avoir à écouter l'hymne officiel des Redskins.

On part en Nouvelle-Zélande maintenant prendre des nouvelles de la Première ministre...  

Elle s'appelle Jacinda Ardern, elle a 37 ans, et elle est la 2ème femme au monde à diriger un pays enceinte. La première étant Benazir Bhutto, 1ère ministre du Pakistan en 1990. L'info a fait le tour de la planète et depuis, c'est un peu la Jacinda mania !  

Je vous passe le #TricotezPourJacinda qui envahit les réseaux sociaux néozélandais pour revenir sur une drôle d'info. Mme Ardern prendra en juin prochain un congé parental de 6 semaines et passera ensuite la main à son mari.  

Or il se trouve qu'en arrivant au pouvoir, elle a modifié les règles du congé parental pour aller vers son extension à 26 semaines en 2020. Une mesure pour les autres : son bébé arrivera trop tôt et ni Mr ni Mme ne pourront en bénéficier... C'est ballot, non ?

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.