Banni des réseaux sociaux, le 45e président des Etats-Unis a ouvert un site internet... plutôt décevant pour le moment. Petite navigation.

Donald Trump, ancien président des Etats-Unis
Donald Trump, ancien président des Etats-Unis © Getty / James Devaney/GC

Donald Trump a donc désormais son propre site internet et il s’appelle 45Office.com et c’est donc le grand retour sur le net de l’ancien président qui, depuis janvier, est exclu des grands sociaux. Donc on imagine un feu d’artifice trumpien ce site internet ! Pas du tout.

Pour le moment, il n'y a que quelques pages agrémentées de photos sans grand intérêt, de lui et de Melania. Mais je vous rassure : l’emphase trumpienne est tout de même présente dès la page d’accueil. "Le bureau de Donald Trump veut préserver le magnifique héritage de l’administration Trump".

Puis vient un texte évoquant une "période de croissance sans précédent" et son combat contre "l’establishment washingtonien et les structures de pouvoir enkystées". Un euphémisme pour ne pas dire "État profond", trop marqué par le complotisme.

Le Donald en majesté

C’est Donald Trump, donc il y a une réécriture éhontée et pompeuse du passé récent : Il dit par exemple que "lorsque la peste coronavirus venue de Chine a touché toutes les nations du monde, le président Trump a agi tôt et de façon décisive".

Ce qui est faux : en mars 2020, alors que toutes les nations se confinaient, Donald Trump a répété publiquement à 5 reprises que le coronavirus était un problème qui allait "se régler tout seul" alors même que les hôpitaux étasuniens se remplissaient.

Pour être juste, Donald Trump n’est pas le seul président à se pousser du col sur internet. Sur son site, Barack Obama écrit avoir "rendu l’économie plus solide, la société plus égalitaire, la nation plus sûre à l’intérieur et plus respectée à l’extérieur".

Pas la moindre petite critique twittesque

Reste que nous sommes tous atteints du syndrome de manque Trumpien… Une sorte de petite dépression, d’ennui, qui touche en particulier journalistes et politiques depuis l’investiture de Joe Biden. Mais nous sommes en bonne compagnie. À une journaliste qui évoquait son "prédécesseur", Joe Biden répondait en riant combien il lui manquait :

Et c’est aussi le cas de toute la presse étasunienne qui voit son lectorat s’effondrer après un mois de janvier record, celui des derniers jours de Trump à la Maison-Blanche.

Le site internet du Washington Post a perdu un quart de ses lecteurs entre janvier et février. Mais c’est surtout 7% de moins que par rapport à février 2020. Le New York Times, c’est -16%, toujours par rapport à février 2020.

Même punition pour CNN : une chute d’audience de moitié en moins de 5 semaines ! Alors que la chaîne avait dépassé Fox News ! Une déconfiture qui n’épargne même pas la trumpiste Fox News ! En clair, on s’ennuie sans le Donald !

L'équipe