Plus de 40% d'abstention chez les jeunes . Ne pas croire que ce chiffre illustre un désintéret pour la politique.

Contrairement à toutes les idées reçues, les 18/25 ans suivent la campagne électorale. Les jeunes électeurs qui ne disposeront pas de leurs droits ont décidé de le faire sciemment. Ce n'est pas une abstention nonchalante où par les effets d'une belle météo, on part en week end sans signer de procuration. C'est un choix assumé. Et les débats, parfois houleux, ne manquent pas entre les "civiques" et les "abstentionnistes".

Les Jeunes dans la Présidentielle ont souhaité instaurer cette conversation sur l'antenne de France Inter dans l'espace qui leur est dédié le samedi matin.

S'abstenir est il flou ?
S'abstenir est il flou ? © Reuters / CREZ

On entend bon nombre d'expertises sur le sujet. A longueur d'émissions, des politologues essaient d'analyser et d'expliquer les motivations qui régissent le phénomène de l'abstention.

Mais rarement la parole est donnée à ceux qui désertent les urnes délibérément.

Clay Youale, 22 ans, étudiant en physique à Cachan et Marie Classine, 21 ans du Genepi (association pour l'enseignement des personnes incarcérées) ont invité trois "abstentionnistes" qui assument leurs choix.

En haut de la page, le podcast à écouter. En images, les grandes lignes de l'entretien, c'est la vidéo du IN. L'entretien a été enregistré au Pantalon , un bar art déco du Vème arrondissement de Paris, à deux pas du Panthéon .

Trois profils différents.

Paul ne votera pas à la Présidentielle. Il réfute cette élection mais usera de son droit aux Législatives, le scrutin le plus populaire auprès des jeunes.

Martial ne le sait pas encore, mais il suivra sans doute le même chemin. La présidentielle, il n'a rien contre, sauf qu'à ses yeux, aucun candidat ne répond à ses attentes. Les Légilatives, en revanche, l'intéressent.

Marc, plus radical, ne votera jamais.

Et la question du vote utile ne les interpelle pas.

Paul, Martial et Marc, 3 abstentionnistes
Paul, Martial et Marc, 3 abstentionnistes © Radio France / CDEVILLERS

Sans aucun jugement de valeur, les JDLP ont donc voulu porter une voix qu'ils entendent dans les conversations de tous les jours entre jeunes mais jamais dans la sphère médiatique.

Les "civiques" voient une forme d'errance dans le comportement abstentionniste en dépit d'un intérêt pour le débat public et la politique en général. La difficulté est souvent le choix du candidat. Une étude Ifop commandée par l'Anacej, révelait que 6 jeunes votants pouvaient encore changer d'avis. (59%)

Deux jeunes dans la présidentielle, Gabriel et Romain, auteurs compositeurs interprètes du groupe qu'ils ont fondé, les Kaoteknik, évoquent cette valse des hésitations sur le mode de l'humour et en musique. "je suis paumé, je ne sais pas pour qui voter, mais faut quand même y aller, pour pas que des gens mal intentionnés soient à l'Elysée "

Enfin pour finir, dans la vidéo du OFF, la conversation qui se poursuit dans la rue et la suite de notre partenariait avec le magazine Glamour .

Laetitia Moller, chef de rubrique du mensuel, a coordonné l'opération Génération Glamour aux Urnes .

Le mois dernier, un cahier de 40 question élaboré par un échantillon de jeunes (choisis par l'Insitut Ipsos ) a été remis aux candidats.

Dans son édition daté du mois de mai en kiosque cette semaine, Glamour dévoile la réponse des candidats au questionnaire envoyé.

Merci de votre attention.

Bonnes fêtes de Pâques.

Les jeunes dans la Présidentielle vous donnent rendez vous sur France Inter dès lundi matin dans le 7/9 de Patrick Cohen.

Du 9 au 20 avril, ils accompagnent Patrick et Thomas Legrand dans l'interview d'un candidat.

Emission Les abstentionnistes

Prise de son : Olivier Leroux

Video : Eden Press

Photos : Constance Devillers

Texte et mise en forme : Eric Valmir

L'équipe
(ré)écouter Les jeunes dans la présidentielle Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.