Parler du Front National , c'est avant tout choisir les mots. Le plus en vogue dans le jargon médiatico-politique, etat-major du FN compris, est le verbe "dédiaboliser ". Jamais il n'a été autant employé dans le language courant, et toujours dans le même le but : définir les manoeuvres de Marine Le Pen .

Très imagé, ce terme repris en boucle par la presse illustre les efforts de la Présidente du Front National pour changer la vitrine du Parti. Les cadres qui véhiculaient des messages où se mélaient la haine et la xénophobie sont écartés. Tant pis s'ils sonrt de la première heure.

Les mots ont aussi un sens. On ne dit plus extreme droite, mais ni gauche ni droite . On ne dit plus Lepeniste mais Mariniste. Histoire de tourner la page des trente dernières années. Et le nom encombrant du Front National pourrait être abandonné dans les mois à venir.

Même procédé dans les fractions jeunes de la formation politique. Une transition s'opère entre le Front National de la Jeunesse et Les jeunes avec Marine.

Là aussi, discours et slogans ont évolué.

En 2010, dans la campagne pour les régionales en Provence-Alpes Côte d'Azur, les murs étaient recouverts de cette affiche.

Non à l'islamisme
Non à l'islamisme © Reuters / CVERT

En 2012, c'est le triomphe du ni droite ni gauche... Mais Français .

Ni droite ni gauche
Ni droite ni gauche © Reuters / CVERT

Une approche payante auprès des nouvelles générations.

Le vote jeune dans la Présidentielle s'est exprimé en faveur de François Hollande, mais Marine Le Pen était en deuxième position chez les 16/24 ans . Les primo votants ont été séduits par l'argument du ni gauche ni droite.

Depuis 30 ans dit Marine Le Pen, RPR/UMP, PS et formations centristes pratiquent l'alternance au pouvoir. Depuis trente ans, la crise n'a jamais été résolue et l'idée d'un système établi a pris corps.

LeFront National se pose alors en anti système en portant des valeurs identitaires. Ce double discours séduit les fractions les plus jeunes.

Les Jeunes Dans La Présidentielle ont souhaité rencontrer les militants du FNJ ou Jeunes avec Marine , (ce sont les mêmes) pour évoquer les motivations qui ont guidé leurs engagements. L'émission est disponible à l'écoute en haut de page (streaming) ou podcast.

Qu'ils soient du Vaucluse, du Nord ou de la région parisienne, ces jeunes du Front National évoquent l'anti système. Le seul parti qui ne soit pas allé au pouvoir, c'est celui des Le Pen Père et fille.

Des exemples, Nicolas vient de l'UMP . Il a quitté la formation de Jean-François Copé sur un sentiment de trahison. A ses yeux, l'UMP a cautionné le changement de programmes scolaires au collège. Clovis, François 1er et Napoléon délaissés au profit de la seconde guerre mondiale et la colonisation. Pour Nicolas, on écorne la fierté de la France et on érige la repentance en modèle.

Ajouté à cela, des moyens retirés à la police et à la gendarmerie, Nicolas a fait le pas vers le FN.

François vient du Nord. Il y a dix ans, il manifestait contre Le Pen après le 21 avril. Aujourd'hui, il est militant du Front National.Un parti anti système, dit-il contre le néolibéralisme qui comprime l'ascenceur social.Quand il était gosse, son père l'emmenait dans les meetings d'Arlette Laguiller et aujourd'hui, il vote Mélenchon. Sa mère est socialiste. Ses parents ne comprennent pas son engagement aux cotés de Marine Le Pen..

Ces militants FN rencontrés ne souhaitaient pas être filmés ou pris en photo. Certains ont opté pour des pseudos : Archibald, Perceval... Il n'existe pas de profil type. BCBG, catégorie sociale aisée, prolétaires, ruraux, tous les styles et les CSP se cotoient. Les tout en noir avec signes extéreurs de nazisme ou fascime ne sont plus là.

Pour autant, les doutes subsistent. Véritable mutation ou simple maquillage pour construire une vitrine respectable ?

En se penchant sur le programme duFront National , la Licra relève toujours des relans de racisme et d'intolérance. La dédiabolisation, une simple opération de communication politique dit en substance un spot de Licra programmé pendant la campagne. En clair, le FN d'aujoiurd'hui est celui d'hier.

Mêmes doutes chez Les Jeunes Dans La Présidentielles après leur rencontre avec les militants du FNJ. La désagréable impression que les réponses aux questions posées étaient lisses et soignées, que chaque parole était contenue, comme pour éviter un dérapage . Qu'il y ait une méfiance envers tout ce qui est journaliste ou apparenté, soit, mais un tel point de dramaturgie affecte la crédibilité.

Et que penser de l'esprit rassembleur. Ni gauche ni droite, mais tous ensemble , quand slogans et affiches continuent d'opposer. Celle du FNJ Choisis ta France l'an dernier a provoqué de nombreuses polémiques (le sujet est abordé dans l'émission)

Choisi ta France
Choisi ta France © Reuters / CVERT

Il ne fait aucun doute que les franges les plus radicales du Front National ont quitté le Parti. Mais à présent, sous la bannière du Rassemblement Bleu Marine pour les Législatives, des mouvances et des mouvements cherchent des alliances avec le FN.

Chez les jeunes, Les Jeunes avec Marine ne nient pas hors micro des sympathies avec des dirigeants du GUD (Groupe Union Défense), organisation étudiante d'extreme droite, mais précisent aussitôt que le Front National absent des campus n'intervient pas sur le terrain universitaire. Simple sympathie de personne.

Les JDLP impliqués dans cette émission : Clément Labrune, Charles Mollet, Pauline Reybier, Laetitia Kretz

L'équipe
(ré)écouter Les jeunes dans la présidentielle Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.