Pour la dernière des « Jeunes dans la Présidentielle », l’équipe a choisi de rediffuser l’entretien considéré comme le plus intéressant de l’année.

Sans surprise, c’est l’émission enregistrée dans les salons du Lutetia avec Michel Rocard qui a retenu une attention unanime .

Sans surprise parce que ce rendez vous avait provoqué des réactions très positives chez les auditeurs. Sans surprise parce que les propos tenus dépassaient la logique partisane pour explorer des pistes de réflexion partant de la notion d’intérêt général. Sans surprise parce que dans le fond, les JDLP n’ont jamais été réellement impressionné par les candidats et que le discours de celui qui ne soucie pas de sa petite personne a trouvé un écho immédiat auprès de son auditoire.

La conversation telle que rediffusée a subi de nouvelles coupes au montage mais on peut l’écouter dans sa version intégrale sur ce site (émission du 24 mars). Les grandes lignes de l’entretien en image avec la vidéo du IN.

L’émission se referme avec le slam des JDLP écrit et composé en pleine campagne électorale. Une vidéo tournée au théâtre de l’Odéon.

Après une année intense, les uns et les autres finissent essoufflés. Il n’y aura pas de saison 2. Pour ma part, j’aurais pris un grand plaisir à conduire ce projet qui a su atteindre les objectifs fixés.Regarder la campagne électorale avec les yeux des 18/25 ans. Pas de jeunisme dans cette idée mais les laisser libres d’aborder comme ils l’entendaient les sujets qui nous concernent tous sans distinction générationnelle.

Du rapport à la politique à tous les thèmes de la vie quotidienne, ils ont su explorer des thématiques qui ne figuraient pas toujours dans le débat public. Et aujourd’hui, dans une atmosphère redevenue dépassionnée, les entretiens qu’ils ont conduits prennent encore plus de force avec le recul.

Mention spéciales aux opérations exceptionnelles qui nous ont conduit en reportage, mais aussi à créer des programmes décalés comme le faux journal du 5 mai 2032

Merci à tous, vous allez me manquer, ce fut une belle aventure.

Merci à toi, Constance, pour le travail fourni à mes cotés.

Merci à France Inter de nous avoir donné les moyens d'une telle aventure.

Merci à tous ceux qui nous ont suivi et nous l'ont fait savoir.

Simplement merci.

Eric Valmir

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.