visu_triple_01_06
visu_triple_01_06 © radio-france

Bonjour à tous d'un lieu idéal pour des Liaisons heureuses , nous sommes à Lyon auxAssises internationales du roman , organisé par le journal Le Monde et la Villa Gillet . Ici tous les jours depuis lundi dernier et jusqu’à dimanche se tissent des liaisons fécondes et donc heureuses entre un lieu, les Subsistances , des écrivains et des lecteurs. Des liaisons très heureuses imaginées par Raphaëlle Rerolle du journal Le Monde et Guy Walter de la Villa Gillet . Mais les écrivains réunis aujourd’hui travaillent sur un thème qui ne fait pas le bonheur, ou un bonheur illusoire et fragile, nous désirons être riche mais l’argent divise, corrompt, glace le cœur, entraîne la mort. Jonathan Dee , est un écrivain américain, son quatrième roman Les privilèges a été publié en France chez Plon. Il raconte avec beaucoup d’intelligence l’ascension d’un jeune couple à New York persuadé que tout s’achete même l’amour. Thierry Pech est directeur de la rédaction d’Alternatives économiques . Dans un essai édité au Seuil Le temps des riches il montre comment les très très riches en France se sont coupés du reste du reste du pays. Eric Reinhardt a montré dans deux grands romans Cendrillon puis le Système Victoria publié chez Stock, la violence destructrice de l’argent.

Autres livres cités pendant cette émission consacrée à l'argent et aux riches dans la littérature : Nos trois invités nous on parlé d'autres livres sur le même thème qui avaient été importants pour eux et pour leur travail :

  • Jonathan Dee est venu dans l'émission avec le livre de John Dos Passos La grosse galette
  • Eric Reinhardt a cité Ivresse de la métamorphose de Stefan Zweig
  • Thierry Pech : L'étrange défaite de Marc Bloch .

La chronique de Raphaëlle Rerolle, du journal Le Monde :

Pourquoi êtes-vous pauvres ? de William Tanner Vollmann paru chez Actes Sud.

Evénement(s) lié(s)

Les Assises internationales du roman de Lyon 2012

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.