couverture des livres de Marie Modiano "Espérance mathématique" et de Michka Assayas pour "'Faute d'identité"
couverture des livres de Marie Modiano "Espérance mathématique" et de Michka Assayas pour "'Faute d'identité" © radio-france

Les Liaisons heureuses : une rencontre entre deux écrivains, qui se lisent, s’aiment et parlent des livres qu’ils admirent. Les deux écrivains choisis aujourd’hui aiment la musique et la musique des mots.

Marie Modiano , compositeur et chanteuse, auteur de deux albums dont « I m not a rose » . Elle publie son premier recueil de poèmes, Espérance mathématique dans la collection l’Arbalète chez Gallimard.

Elle a choisi Michka Assayas , l’auteur du fondamental Dictionnaire du rock . Il a publié l'année dernière un récit Faute d’identité paru chez Grasset, il racontait comment la perte de son passeport, l’obligation de devoir faire la preuve de sa nationalité française l’avait renvoyé à une identité riche, cosmopolite, un père né en Turquie, une mère et une nounou hongroise. Faute d’identité est pour moi un des livres les plus forts écrit sur ce que peut être l’identité française aujourd’hui.

Les livres cités pendant l'émission :

Comme dans ceux de Marie Modiano , la musique s'entend dans les livres de Michka Assayas . Dans Faute d'identité , il se remémore un dernier voyage en voiture avec sa mère avec dans l'auto-radio la chanson de Paul MaccartneyToo much rain (tiré de l'album Chaos and creation in the backyard , Universal Music 2011), dont nous avons passé l'extrait. Dans son recueil de poème Espérance mathématique , Marie Modiano cite différents auteurs : de passage pour une tournée à Exeter (Devon, Royaume-uni) elle pense à l'auteur britannique Jean Rhys , auteur de La prisonnière des Sargasses , une écriture souvent emprise de beaucoup de tristesse, mais aussi, toujours, d’autodérision, d’humour et de drôlerie. Elle cite aussi Crime et châtiment de Dostoïevski, un roman qui l’a beaucoup hantée, dont la force est de plonger le lecteur dans la pénombre et au moment même où tout peut basculer en 1 seconde : un thème qui l’obsède. Elle nous lit un extrait du nouveau livre de Jean-Philippe ToussaintL’Urgence et la patience (Editions de Minuit) , où l’auteur raconte sa façon de lire Crime et châtiment jeune homme. Elle admire aussi Dostoïevski dans sa façon d’écrire sur la ville, d’une manière si mystérieuse, comme dans les livres Humiliés et offensés ou encore Les nuits blanches. Marie Modiano est venue dans l’émission avec le dernier livre d’Aharon AppelfeldLe garçon qui voulait dormir , où le personnage qui a tout perdu après la Shoah, se réfugie dans le sommeil où il peut retrouver sa famille, ses parents, en songe. Elle nous en lit un extrait.

Michka Assayas est venu dans l’émission avec un livre de Jean-René Huguenin , l’auteur de La côte sauvage mort à 26 ans au début des années 60. Il nous lit un extrait de son journal intime, Journal , une parution posthume, préfacée par François Mauriac où l’auteur parle de son amour pour sa fiancée, « M ». Michka Assayas fait un lien avec le texte de BenjaminConstant , lui qui aime ressentir cette fraternité avec les écrits des jeunes homme, de tous les temps qu’ils soient.

Il nous parle aussi d’un auteur qu’il trouve « génial » qui a eu le courage d’écrire et de mettre en scène un personnage un peu ridicule de jeune homme très maladroit, un auteur qui l’a le plus impressionné depuis 10 ans, JM Coetzee . Il nous cite le livre Disgrâce .

Dernier livre qu’il nous conseille, et non des moindres puisque c’est un livre qui lui a ouvert les yeux, Extinction de Thomas Bernhard.

La chronique de Raphaëlle Rerolle :

Lointain souvenir de la peau de Russel Banks qui vient de paraître chez Actes Sud

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.