Comment devient-t-on lecteur, grâce à qui, grâce à quel livre ? Ce sont Les Liaisons heureuses de l’été, une rencontre entre deux auteurs qui s’aiment, se lisent et parlent des livres qu’ils aiment.

Raphaël Sorin et Raphaël Enthoven
Raphaël Sorin et Raphaël Enthoven © Radio France

Aujourd’hui Raphaël Sorin, un grand éditeur : il a entre autre été l’éditeur de Michel Houellebecq, immense lecteur, critique littéraire, il publie Les terribles chez Finitude, il raconte sa bibliothèque et ses écrivain, on rencontre Fantomas , Frédéric Dard , Pierre Prévert et Stephen King

Avec lui Raphael Enthoven, professeur de philosophie, avec qui vous partager un plaisir, le théâtre deSacha Guitry .

Raphael Enthoven a publié Le philosophe de service et autres textes chez Gallimard, ainsi qu’un recueil de lectures de Proust chez Fayard, en partenariat avec France Culture.

Les conseil de lecture de Raphaël Sorin et de Raphaël Enthoven :

Editeur de romans, Raphaël Sorin a passé beaucoup de temps à lire et à « devoir lire », tous les romans et manuscrits en préparation mais aussi ceux de la concurrence. Il a baigné dans un univers romanesque qui l’a comme il le dit lui-même « asphyxié ».

Il nous l’avoue un peu honteux, en tant qu’ancien éditeur : ses plus grands plaisirs de lecture, il les trouve avec des grands classiques : il a relu récemment Guerre et paix , de Tolstoï , et il le clame, IL FAUT LIRE ou relire Cervantès , Guerre et paix , Marcel Proust , Honoré de Balzac, Les illusions perdues.

Il n’a rien lu d’aussi magnifique depuis. Pour lui on peut passer une vie à lire et relire ces auteurs, en étant toujours émerveillé.

« Et est-ce qu’on passe sa vie sur Michel Houellebecq (Raphaël Sorin a été son éditeur) ……..? demande alors Raphaël Enthoven !

Oui là quand même, Raphaël Sorin nous dit avoir éprouvé ce choc littéraire face au manuscrit des Particules élémentaires : il a tout de suite senti qu’il était face à un grand livre. D’emblée la musique du texte….il fait aussi partie des grands.

Dans son dernier livre Les Terribles , on part à la découverte d’autres auteurs de sa bibliothèque et des histoires qui sont liées à ces rencontres : il nous a parlé du personnage de Fantômas de Pierre Souvestre etMarcel Allain, après sa rencontre avec un de ses auteurs, et des trois auteurs qui l’ont fasciné depuis son enfance : le poète britannique de langue française Arthur Cravan , et de sa revue Maintenant . Il se disait le neveu d’Oscar Wilde et même s’il a écrit peu de choses, il a écrit des textes très provocateurs et drôles dont une visite à André Gide qui démolit toutes les valeurs picturales et littéraires de l’époque. Et deux autres auteurs, morts comme Arthur Cravan d’une mort tragique, Jacques Vacher et l’écrivain dadaïste Jacques Rigaud qui inspira à Pierre Drieu la Rochelle le personnage du Feu follet .

Outre les références qu’il nous donne dans son livre, Raphaël Sorin nous a aussi indiqué quels livres avaient faits de lui lecteur puis un écrivain : tout jeune lecteur c’est avec Jules Verne et Alexandre Dumas qu’il se délecte. Parmi ceux qui l’ont fait devenir « un peu » écrivain, Blaise Cendrars et Michel Leiris qui lui a appris à « tortiller les phrases ».Et comme modèles critiques, Roland Barthes et ses Mythologies « pour sa musique » et Félix Fénéon « pour sa vitesse ».

Si peu d’écrivain écrivent sur le plaisir, Raphaël Sorin a su nous en conseiller un, le poète et romancier Valéry Larbaud , également connu sous le nom de plusieurs pseudonymes, dont A-O Barnabooth : il nous lit un poème du recueil Ode , sur un voyage à bord de l’Orient-Express, une ode au plaisir et au luxe.

Il est aussi un grand fan de Frédéric Dard et de ses San Antonio , un magnifique travail sur la langue d’un auteur très cultivé et raffiné.

Raphaël Enthoven ne lit pas ou peu de romans contemporains. Comme « il faut déjà toute une vie pour lire les chefs d’œuvre », il préfère se consacrer aux classiques « qui lui suffisent tout à fait ». Il a tendance à lire des essais et à les lire comme des histoires, à les parcourir comme on se promène quelque part. Raphaël Sorin qui partage ce point de vue, parle d’un horizon que Raphaël Enthoven poserait : après Proust, qui est tellement fort, tellement génial et subtil, tout paraît de « pâle figure ». Il faut d’ailleurs lire, sur la lecture et ce qu’est lire, Sur la lecture de Marcel Proust , on doit lire ce livre qui existe en poche dans la collection Mille et une nuit. Raphaël Enthoven nous lit plusieurs passages du Temps retrouvé , et admire son écriture « amorale », qui lie les évènements contemporains à la lumière des grands faits mythologiques. L’actualité intéresse moins Raphaël Enthoven que le présent densifié par tous les souvenirs et toutes les mémoires qu’il porte en lui. Pour lui, Proust parle du monde entier et surtout du lecteur, puisqu’un siècle plus tard, on le lit et on a l’impression de s’y retrouver.

Proust est aussi un des auteurs favori de Raphaël Sorin . Les deux Raphaëls partagent le même goût pour d’autres écrivains comme, Sacha Guitry : Raphaël Enthoven nous lit un passage sur la vieillesse, Raphaël Sorin aime regarder Ils étaient neuf célibataires qu’il trouve « moderne, jeune et beau ».

Et aussi Céline dont, ils nous le disent de concert, il faut lire les pages magnifiques, comme les détestables : Raphaël Sorin nous lit un extrait sur la banlieue d’une préface d’un livre sur la ville de Bezons prés de Paris, et Raphaël Enthoven un extrait du Voyage au bout de la nuit . Mais il faut lire aussi Les beaux draps et Bagatelles pour un massacre .

Parmi les livres de chevet de Raphaël Enthoven on trouve L’Ethique de Spinoza , A la recherche du temps perdu de Marcel Proust , Les Essais __ de Montaigne , qu’il nous conseille comme lecture de l’été, et enfin les romans de Romain Gary . Il nous lit deux extraits de Chien blancRomain Gary raconte sa vie en Californie dans les années 60 avec sa compagne Jean Seberg et aborde les questions du racisme et de la société de consommation. Il admire l’écriture « grandiose » de Gary et son humour. Dans un autre de ses livres, La danse de Gengis Cohn , un dibbuk, un démon d’un comique juif tué en 1944 par des SS vient hanter son bourreau, en l’obligeant à se lever la nuit pour réciter des prières en yiddish…et c’est hilarant.

Conseils de lecture pour cet été :

Le conseil de lecture pour l’été de Raphaël Sorin est pour un livre qui doit paraître à la rentrée, c’est le nouveau livre d’Emmanuel Carrère, Limonov , chez POL. Il a aussi amené un cadeau pour son ami Raphaël Enthoven, Les théâtres de Carton , vieux livre datant de 1947, de Pauline Carton , ses souvenirs, dans lequel elle parle de Sacha Guitry et en fait une caricature. Il est ravi il a adoré la pièce Le mot de Cambronne de Sacha Guitry. Raphaël Enthoven nous conseille quant à lui pour cet été Les Essais de Montaigne .

La critique de Raphaëlle Rerolle, critique littéraire au journal Le monde des livres :

Arno Geiger, Tout va bien, publié en 2008 chez Gallimard.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.