Couvertures de "mémoires d'un snobé " de Marin de Viry et de Carnet de Bal (3) de Marc Lambro
Couvertures de "mémoires d'un snobé " de Marin de Viry et de Carnet de Bal (3) de Marc Lambro © radio-france

Aujourd’hui deux écrivains chroniqueurs de la vie littéraire, curieux de leurs futurs, que la lecture et la découverte d’un bon livre rend heureux, et dont les livres dont ils sont les auteurs peuvent vous mettre en joie.

Marin de Viry est critique littéraire à la vénérée Revue des deux mondes , et essayiste. Il vient de publier Les mémoires d’un snobé aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, un livre paranoïaque sur la fréquentation de quelques écrivains contemporains, on y croise en personnages de roman Michel Houellebecq, Frédéric Beigbeder, Lolita Pille.

Il a choisi un des rares personnages de son livre qui ne le snobe pas, un des meilleurs observateur du milieu littéraire, Prix Femina pour son roman L’œil du silence , Marc Lambron a publié récemment le troisième recueil de ses chroniques Carnet de bal (3), chez Grasset et un roman La théorie du chiffon chez le même éditeur.

Les livres cités pendant l'émission :

Marc Lambron a eu deux « maîtres » contemporains dont les lectures l’ont marqué et inspiré pour l’écriture de ses chroniques.

Roland Barthes lu pendant son adolescence, dont il admire la capacité à dégager l’imperceptible d’un personnage et d’en tirer une « mythologie ». De décrypter pourquoi l’esprit du temps était capable de se cristalliser d’un coup sur tel ou tel détail.

Le deuxième écrivain l’ayant aussi beaucoup marqué est Tom Wolfe : pas le Tom Wolfe du Bûcher des vanités , ou des grands romans comme Un homme un vrai , mais plutôt le journaliste qui écrivait des chroniques pour le New-Yorker , et le livre paru au début des années 70 Le gauchisme de Park Avenue. Il y donnait des portraits aigus, hilarants et sentis de personnages comme Cassius Clay, Léonard Bernstein….

Marin de Viry cite un des derniers livres de Tom Wolfe Moi Charlotte Simmons , il souligne le projet sociologique voire « balzacien » de l’auteur américain une approche présente dans la littérature américaine en général. Pour lui Marc Lambron et ses chroniques, sont l’expression et l’exception française de cette approche sociologique.

Marc Lambron cite dans ses Carnet de bal (3), un personnage féminin qui pourrait être une héroïne des romans de Patrick Modiano qu’il aime lire : Pedigree , qu’il cite dans son livre ou encore Dora Bruder, avec lequel il est venu dans l’émission et dont il lit un extrait.

Dans Carnet de bal (3), Marc Lambron cite aussi Journal inutile dePaul Morand. Il nous parle aussi du premier livre de Paul Morand Journal d’un attaché d’ambassade , et de son œuvre de « portraitiste » des villes, Venises , et New-York .

Marin de Viry dans son livre Mémoire d’un snobé , raconte la vie de salons des écrivains parisiens germanopratins en les restituant dans ce qu’ils ont de plus léger, éphèmère, parisien…. Un de ses grands modèles de critique littéraire est l’écrivain Angelo Rinaldi , qui avait su transformé sa méchanceté en véritable « chasse à courre », qui adorait « se payer » des écrivains selon un art, un code.

Colombe parle alors du livre de Pierre Drieu la Rochelle Note pour un roman sur la sexualité , cité dans le livre de Marc Lambron, un livre méconnu de l’auteur de Gilles , qui était, nous dit Marc Lambron "obsédé par l’impuissance", une « introspection morose, au scalpel, d’un Drieu âgé marchant vers le suicide ».

Marin de Viry est venu avec un exemplaire La Pléiade de Georges Bernanos , et nous lit un passage de Jeanne relapse et sainte.

La chronique de Raphaëlle Rerolle :

La traversée de la France à la nage de Pierre Patrolin, qui vient de paraître chez POL.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.