Les investissements érythréens en Ethiopie sont aujourd’hui une réalité. Les deux pays viennent de signer la paix. L’occasion de relancer le commerce près de la frontière.

Des manifestants brandissent des drapeaux éthiopien et érythréen dans l'attente de l'arrivée du président érythréen et du premier ministre éthiopien à l'aéroport international de Juba le 4 mars 2019.
Des manifestants brandissent des drapeaux éthiopien et érythréen dans l'attente de l'arrivée du président érythréen et du premier ministre éthiopien à l'aéroport international de Juba le 4 mars 2019. © AFP / AKUOT CHOL

Neuf mois après la fin du conflit qui a opposé l’Erythrée et l’Ethiopie, son voisin, la paix est revenue

Cent-mille personnes ont perdu la vie. Certains Érythréens ont été expulsés de chez eux à la fin des années 1990. Désormais, ils doivent reprendre leur vie. Cela implique de choisir entre revenir en Érythrée pour reprendre leur vie ou rester en Ethiopie pour s’y installer définitivement. 

À la frontière entre les deux pays, les investissements érythréens se sont multipliés. On y découvre désormais des hôtels, des restaurants et des boutiques. A Mekele, capitale de la région du Tigré, Tedros Tesfu, 41 ans, s’est installé dès que le passage est redevenu possible. 

Un reportage signé Léa-Lisa Westerhoff de RFI.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.