La ville de Lewiston, dans le Maine, a longtemps abrité une large diaspora francophone : des Canadiens ont immigré en nombre aux États-Unis durant la première moitié du XXe siècle. Rachel Desgrosseilliers témoigne de l'évolution de la culture francophone dans sa ville.

Panorama de la ville de Lewiston, dans l'État du Maine, aux États-Unis
Panorama de la ville de Lewiston, dans l'État du Maine, aux États-Unis © Getty / Dave Brenner

Rachel Desgrosseilliers, directrice du musée de Lewiston, fait partie de la troisième génération des "Canadiens-Français" qui ont quitté l'agriculture au Canada pour l'industrie textile aux États-Unis. Pour garder leur langue et leur culture, les immigrés vivaient entre eux, dans le "Petit Canada", non loin des usines. Rachel se souvient des souffrances du travail à l'usine de sa famille. 

Sa génération et les suivantes ont peu à peu perdu leur français. À l'école secondaire, elle raconte avoir été punie pour avoir parlé français. Dans les années 1960, le français est devenu la marque d'une classe inférieure aux États-Unis. 

Mais aujourd'hui à Louiston, l'apprentissage du français renaît : le French Club du centre francophone de la ville permet de réunir les personnes désireuses de parler la langue. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.