Celle-ci ne cesse d’évoluer, au point qu’il devient difficile de s’y retrouver...

Des bonus-malus, autrement dit des aides financières ou bien alors  des pénalités, qui touchent l’automobile bien sûr mais plus largement l’ensemble des véhicules composants la mobilité individuelle ; qu’ils entrent, par exemple, dans la catégorie des motos, des scooters, ou bien encore des vélos et tout particulièrement des vélos à assistance électrique. 

Alors commençons par l’automobile si vous le voulez bien. Dans l’attente programmée de la fin des véhicules thermiques, diesel ou essence, tout est mis en œuvre par les pouvoirs publics pour privilégier les nouvelles énergies représentées par les véhicules  électriques, voire hybrides. 

C’est ainsi que depuis le 1er mars et jusqu’à la fin de cette année les voitures électriques bénéficient d’un bonus écologique pouvant s’élever à 7000€. Alors que les véhicules hybrides rechargeables peuvent bénéficier d’une aide fixée à  2000€. 

Deux barèmes qui ne devraient pas bouger jusqu’au 31  décembre donc en sachant que pour 2021 les pouvoirs publics ont d’ores  et déjà envisagé de ramener le bonus de 7000 à 6000€ pour les véhicules électriques n’excédant pas à l’achat les 45.000€. Prime qui devrait ensuite passer de 6000€ à 5000€ en 2022. 

En ce qui concerne cette fois-ci les véhicules hybrides rechargeables, la prime sera bien sûr reportée l’an prochain mais passera, elle, de 2000 à 1000€ et ceci en  respectant certaines conditions.

Si le bonus  écologique concernant les voitures ne va, en fait, guère changer, on ne peut pas en dire autant du malus… 

Un malus dont le montant va en effet considérablement évoluer. 

Ce malus « écologique » basé sur l’émission de CO2 d’un véhicule commençait à 50€ pour une voiture neuve rejetant 138 gr de CO2 par km pour aller jusqu’à 20.000€ à partir de 213 gr de CO2 au km.

Et bien tout cela c’est fini. Demain (enfin au 1er janvier 2021) si le plancher reste fixé à 50€ mais pour 5gr de moins, c’est-à-dire 133, il passera en effet à 30.000€ au lieu de 20.000 et 40.000 en 2022 pour atteindre  vraisemblablement les 50.000 au 1er janvier 2023. 

Autrement dit  tout acquéreur d’une voiture considérée comme polluante par la Commission européenne et qui doit s’acquitter aujourd’hui d’une taxe de 20.000€ devra envisager un malus de 30.000€ l’an prochain avant de payer  le double, 40.000€, en 2022.

Qui plus est, n’entendant pas en rester là, les pouvoirs publics envisagent de proposer une taxe sur le poids des véhicules neufs. Taxe qui devrait entrer en vigueur dans un an  et qui concernerait tous les véhicules à partir de 1800 kg. 

Seule bonne nouvelle dans ce concert d’augmentations, la prime à la conversion destinée à inciter les automobilistes à envoyer leur vieux véhicule à la casse dans le but de faire l’acquisition d’une voiture  neuve moins polluante, elle, sera maintenue. 

Une prime de 3000€ pour l’achat d’un véhicule hybride, 5000€ pour une voiture électrique, prime conditionnée à des revenus modestes. 

Ainsi, de nombreux modèles jusqu’alors épargnés par le malus vont être pénalisés pour la 1ere fois dès le 1er janvier prochain et seuls les véhicules hybrides ou électriques, qu’ils soient à 2, 3 ou 4 roues, pourraient continuer à bénéficier d’un bonus sans oublier bien sûr les vélos à assistance électrique… Tout en sachant que ce bonus écologique va être revu à la baisse à partir de l’an prochain… 

Alors parlons maintenant des scooters électriques puisque pour les motards, à l’exception des 1eres motos électriques, ceux-ci ne sont pas concernés pour le moment par ce barème de bonus-malus. 

En ce qui concerne les scooters électriques donc, le bonus est fixé en fonction de la  puissance maximale du moteur. Un bonus qui peut aller de 100 à 900€, un montant pouvant être complété par des aides locales, ce qui n’est pas un  luxe lorsque l’on sait qu’un maxi-scooter électrique comme le BMW C  Evolution qui par exemple dépasse les 15.000€ à l’achat… 

Mais quoi qu’il en soit, le montant de l’aide cumulé ne doit en aucun cas excéder les 70% du prix HT du scooter. Là encore certaines métropoles françaises  proposent des primes à la conversion. 

Quoi qu’il en soit il faut  bien considérer que toutes ces aides, encore appelées « bonus », sont certes des aides à l’achat mais pour des véhicules souvent plus chers que leur équivalent thermique. Un choix donc mais aussi une volonté de s’inscrire dans le cadre de la sauvegarde de la planète.

Reste donc les vélos. Des vélos à assistance électrique, eux aussi, dont l’aide au financement peut atteindre les 600€ en fonction de l’endroit où vous habitez et à condition que vous n’envisagiez pas de revendre ce VAE avant 3 ans… 

N’oublions pas enfin la prime de 50€ décidée cette année par les pouvoirs publics pour permettre à tout  propriétaire d’une bicyclette de remettre en état son vieux vélo, prime qui prendra fin, elle aussi le 31 décembre.

Programmation musicale
  • Arlo ParksGreen Eyes2020
L'équipe