Les mains moites, la « boule au ventre », le cœur qui s’emballe… sont autant de manifestations corporelles de l’angoisse. Stéphanie Torre, psychanalyste et journaliste, nous explique ce que signifie l’angoisse en psychanalyse avec l’aide du psychanalyste David Glaserman.

Angoisse
Angoisse © Getty / Tara Moore

Comment définir l’angoisse ? 

Freud dit que l’angoisse désigne « un état caractérisé par l’attente du danger et la préparation à celui-ci, même s’il est inconnu ». Le psychanalyste Jacques Lacan caractérise lui l’angoisse comme un affect de l’âme « qui ne trompe pas ». 

Y a-t-il plusieurs angoisses ? Pourquoi sommes-nous angoissés ? 

D’après David Glaserman, en psychanalyse, on distingue des angoisses normales et d’autres pathologiques qui peuvent pousser le sujet à l’inaction. Quand les patients parlent d’angoisse, ceux-ci expliquent souvent qu’elle se traduit d’abord par des symptômes corporels. 

Au-delà de ces symptômes, Stéphanie Torre nous éclaire sur les significations de l’angoisse et la manière dont il faut la traiter. Les psychanalystes préfèrent en effet soigner l’angoisse en s’intéressant aux causes plutôt qu’aux effets pour pousser le patient à agir. 

(ré)écouter Les mots du psy Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.