L'affaire des diamants est déclenchée le 10 octobre 1979 par Le Canard enchaîné: des diamants de 30 carats d'une valeur de 1 million de francs auraient été remis, en 1973, à Valéry Giscard d'Estaing, alors ministre des Finances, par le président de la République centrafricaine, Jean Bédel Bokassa. Le journal s'appuie sur une note rédigée par Bokassa lui-même. A l'Elysée, VGE soupire: "C'est grotesque." Les diamants, oubliés dans un tiroir, ont en effet été estimés entre 4 000 et 7 000 francs. La note est fausse, la signature l'indique..

Vincent Hugeux est journaliste à l'Express et est l'auteur, entre autres de "Afrique : le mirage démocratique", CNRS éditions 2012

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.