Dans le monde entier, leur condamnation déclenche l'indignation. Des comités de soutien se créent en Angleterre, en Autriche, en Belgique, en Suède, en Allemagne, en Irlande, en Israël... Et évidemment en France, avec le Comité de défense des Rosenberg, dans lequel on retrouve Aragon, Montand, Picasso, Signoret, Bazin... (encore en activité en 2012, sous le nom d'Association pour le réexamen de l'affaire Rosenberg). Jusqu'à l'exécution des Rosenberg, toutes les demandes de réexamen du procès sont systématiquement rejetées. Rien ne réussit à arracher leur grâce au président Eisenhower. Le 19 juin 1953, les deux époux Rosenberg sont donc exécutés. Mais leur mort n'arrêtera pas l'"affaire".

Par Sabine Jansen, historienne.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.