Face à l’avancée inexorable de Napoléon vers Paris et aux défections des généraux de l’armée française, Louis XVIII préfère ne pas risquer sa tête. Même le maréchal Ney, qui avait assuré au roi qu’il ramènerait Bonaparte dans une cage de fer, a rejoint l'Empereur pour accompagner son retour. Le sort du roi et du régime laisse indifférent les Français qui soutiennent plutôt l’Empereur. Celui-ci ne rencontre donc aucune résitance quand il arrive à la capitale le lendemain pour y prendre le pouvoir.

Par Emmanuel de Waresquiel, historien.

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.