Du 26 au 29 février 1848 le gouvernement provisoire de la Seconde République abolit par décret la peine de mort en matière politique et c’est cette même année que Victor Hugo échoue à faire passer le projet d’abolition totale qu’il défendait. 20 ans plus tôt, son roman-réquisitoire "le dernier jour d'un condamné" avait connu un grand retentissement.

par Emmanuel de Waresquiel, historien; spécialiste du XIXème siècle.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.