Lucas voudrait savoir pourquoi il y a des noms de famille qui veulent dire quelque chose et d’autres qui ne veulent rien dire ? La science des noms, l’onomastique, touche à l’histoire, la géographie, la linguistique, la démographie. Insolites, rigolos, peu communs, les patronymes des français ont tous une histoire...

Le mystère des noms de famille
Le mystère des noms de famille © Getty / John M Lund

Pourquoi y a-t-il des noms de famille qui veulent dire quelque chose et d’autres qui ne veulent rien dire ? (Lucas)   

Réponse : Marie-Odile MERGNAC, Généalogiste. Elle a publié de nombreux livres sur les noms de famille, tous édités chez Archives et Culture.

"En fait, Lucas, tous les noms de famille veulent dire quelque chose. Tous, mais on ne s'en rend pas forcément compte. D'abord parce qu'ils correspondent à des surnoms vieux de 800 ans. Aussi parce qu'ils ont été créés dans des patois ou dans des langues qu'on ne comprend plus maintenant. Evidemment, ceux qui s'appellent Courtois, Legros, Petit, Boulanger... c'est clair, on comprend. Mais pour tous les autres, tu peux trouver leur signification dans des dictionnaires étymologiques qu'on trouve dans presque toutes les bibliothèques. 

Quelques exemples : Le Bihan et Mermoz veulent tous les deux dire "petit". Mermoz, veut dire "petit" en savoyard et Le Bihan veut dire "petit" en Breton. On comprend "petit", bien sûr toujours, mais on ne comprend plus Mermoz ou Le Bihan, sauf si on est Breton ou Savoyard !

Lecanuet, par exemple, désignait un homme âgé ou aux cheveux blancs, cela vient du latin "canu". Et Faure nommait le forgeron, là aussi à cause du latin, en ancien français. Il y avait beaucoup de "Faure", un par village, donc Faure, Fabre, Lefèvre : tous ces noms-là veulent dire "le forgeron". Mais évidemment, on ne le comprend plus tout de suite en les voyant aujourd'hui. 

  • Bourreau, cela veut dire "Coupeurs de têtes" ? 

Non, c'était le bourrelier. On se dit : "mon Dieu, mon ancêtre était chargé de donner la peine de mort aux criminels ?" En fait, pas du tout. C'était le surnom, dans la région Centre, dans la vallée de la Loire, que l'on donnait au bourrelier, c'est celui qui fabriquait les harnais pour les chevaux, les brides, les selles, un métier qui travaille le cuir."

▷ Le dernier livre de Marie-Odile Mergnac : Les noms de famille en 100 clins d'oeil, vient de paraître aux éditions Archives et Culture. Il est très amusant : on apprend qu'Adam est un nom de famille porté par 28 000 personnes en France. Et Ève aussi est un nom de famille. Et bien, Adam et Ève se sont mariés en 1812... Laurel et Hardy se sont mariés aussi ! Jean Laurel a épousé Jeanne Hardy le 31 janvier 1820 à Notre-Dame-des-Victoires à Paris... 

Je voudrais savoir si les femmes préhistoriques dessinaient, elles aussi, sur les murs des grottes ? (Augustin)  

Réponse : Carole FRITZ, Archéologue spécialiste de l'art pariétal, chercheure au CNRS, elle dirige l'équipe scientifique de la grotte Chauvet-Pont-d'Arc. 

"Augustin, Merci pour ta question. Je vais être très honnête avec toi, je ne peux pas répondre officiellement, puisque je suis archéologue : je ne sais pas qui tenait le fusain ou le silex dans la grotte, et je n'ai aucun moyen de le savoir. C'est à dire que la vision de la femme dans les sociétés préhistoriques n'existait pas.

Quand on est archéologue, on va essayer de déduire des choses et d'aller regarder ce qui se passe dans d'autres sociétés. La préhistoire a longtemps été le domaine de compétence des hommes. Quand on discute encore avec certains, les dessins, c'est forcément une histoire d'hommes, parce que ce sont des images d'animaux féroces qui sont sur les parois. Et donc, il n'y a que les hommes qui peuvent dessiner ça ! Je ne suis pas du tout d'accord. Par exemple, on sait que dans d'autres sociétés, les plus grandes chamanes sont des femmes et non des hommes... "

Je n'ai pas de traces archéologiques pour dire "Oui, ce sont des femmes qui font les dessins", mais je n'ai pas de traces archéologiques pour dire "Oui, ce sont des hommes qui font les dessins. Donc, pour moi, la question est ouverte...

L'art de la Préhistoire de Carole FRITZ est paru aux éditions Citadelles & Mazenod

Où et quand a-t-on construit la première cathédrale ? (Alice)

Une cathédrale, c'est l'église de la communauté chrétienne, l'église de l'évèque. Le premier évèque est Saint-Pierre. La première cathédrale, c'est une maison privée quelque part à Rome. (...) Dans les limites de la France actuelle, la première cathédrale est celle de Bordeaux...

Réponse de Xavier DECTOT, Conservateur de musée et historien de l'art français. Ancien directeur du Louvre-Lens et l'actuel directeur du département Art et design du National Museum of Scotland à Edimbourg

Les invités
  • Marie-Odile MergnacGénéalogiste.
  • Carole Fritzarchéologue spécialiste de l’art préhistorique , chercheure au Cnrs et responsable du Centre de recherche et d’études de l’art préhistorique Emile-Cartailhac à la Maison des sciences de l’homme et de la société de Toulouse
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.