Julien voudrait savoir ce que veut dire exatement "méditer" ? Réponse du philosophe et écrivain Fabrice Midal, fondateur de l'Ecole Occidentale de Méditation, qui transmet la pratique de la méditation.

"Méditer, c'est apprendre à se foutre la paix et commencer à vivre..."
"Méditer, c'est apprendre à se foutre la paix et commencer à vivre..." © Getty / Skynesher

Je lis souvent qu’il faut méditer 5 à 10 minutes par jour, mais qu’est-ce que ça veut dire au juste "méditer" ? (Julien) 

Réponse de Fabrice MIDAL, Philosophe et écrivain, fondateur de l’Ecole Occidentale de Méditation. Directeur de la collection "L'esprit d'ouverture" aux éditions Belfond et de la collection "Evolution" chez Pocket. 

"On pourrait dire que méditer, cela veut dire trois choses : rentrer à la maison, apprendre à faire attention et ne rien faire..."

1- On rentre à la maison et on s'asseoit. C'est tout simple, on arrête de courir, de faire plein de choses, on prend un temps, on rentre à la maison. 

2- Apprendre à faire attention. L'attention, c'est un peu comme un muscle, il faut l'entraîner. La méditation est un entraînement de l'attention. Et on en a d'autant plus besoin aujourd'hui qu'avec "l'infobésité", les textos, etc... on perd vraiment la capacité de faire attention au reste. C'est ce que disent la plupart des enseignants et des professeurs. L'obstacle est que les enfants ne savent plus trop comment faire attention. Dès qu'il ne se passe rien, ils s'ennuient. Faire attention, c'est accepter que les choses aient une certaine durée, une certaine lenteur, prendre le temps... La méditation nous aide à apprendre à faire attention. 

3- La troisième manière de décrire la méditation, c'est qu'on ne fait rien. On est assis, on est présent et on ne fait rien. On découvre que si on ne fait rien, il se passe plein de choses. Nos perceptions sensorielles sont complètement ouvertes. On entre complètement en rapport avec le monde. On voit des choses, on entend, les pores de notre peau, son rapport à la température, par exemple. Puis, on se rend compte qu'on respire. En respirant, on se met en rapport à la vie. On dit oui à la vie parce que la respiration permet à tous nos organes de rester vivants. Et on est là, il peut y avoir des pensées, des émotions, des inquiétudes et on ne fait rien. On note ce qu'il y a, mais on ne fait rien. Ce geste-là nous redonne un sens d'ancrage dans le présent extrêmement fécond. 

"C'est pour ces raisons que l'on dit qu'il est bon aujourd'hui de pratiquer la méditation 5 à 10 minutes par jour, comme on se lave les dents. C'est une forme d'hygiène, une forme d'éthique pour essayer de rester un être humain ouvert et disponible." 

📖 LIRE | "Foutez-vous la paix ! et commencer à vivre" de Fabrice Midal, éditions Flammation

📖 LIRE | "Sauvez votre peau ! Devenez narcissique"  signé Fabrice Midal, éditions Flammation

Le site de Fabrice Midal 

Comment l’eau passe dans les racines des plantes ? (Annabelle)   

Réponse de Catherine Lenne, Enseignante-chercheur en physiologie végétale à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

C'est ce qu'on appelle la nutrition minérale de la plante. La plante a besoin d'eau et de minéraux, elle puise l'eau minérale dans le sol, au niveau des racines. L'appareil racinaire des plantes est extrêmement ramifié, il y a énormément de petites racines, on parle même de chevelu racinaire. L'eau va rentrer par les extrémités, là où les racines sont les plus fines, pas loin des pointes.

Dans un laboratoire ou dans sa cuisine, si on fait germer un haricot, on va voir pousser la racine puis on voit que la pointe se couvre de poils. Ce sont les poils absorbants, spécialisés dans l'absorption de l'eau. Le poil est une cellule très allongée et très fine. Sa paroi est très fine et perméable, et l'eau va rentrer préférentiellement par ses poils. 

L'eau physiquement va toujours circuler d'un endroit où il n'y a pas beaucoup de substances dissoutes vers un endroit où il y en a beaucoup, pour diluer et équilibrer les deux compartiments. La racine est chargée de substances, il y a des sucres dans ces cellules, elle absorbe les minéraux du sol et les concentre à l'intérieur de ses tissus. L'eau va rentrer dans la racine par les poils.

Mais dans la nature, le poil absorbant n'existe quasiment pas. La quasi totalité des plantes vivent au niveau de leurs racines en association avec des champignons qui sont dans le sol, pas ceux qu'on ramasse sous les arbres, mais le vrai champignon, sous forme de filaments, le mycélium. Dans le sol, il y a énormément de filaments de champignons qui vont absorber l'eau et les minéraux, de manière beaucoup plus efficace que la plante. 

On appelle cela une symbiose entre deux êtres vivants.

Le champignon fournit l'eau et les minéraux à la plante et la plante lui fournit des sucres, puisque le champignon ne peut pas faire de photosynthèse, il n'a pas de chlorophylle. 

📖 LIRE | Dans la peau d'une plante de Catherine Lenne, aux éditions Belin.

Le site de Catherine Lenne

Pourquoi les cochons sont roses ? (Louisa) Pourquoi les cochons sont roses et les cochons sauvages sont noirs ? (Felix) 

Réponse de Nicolas BRAHIC, Eleveur en cochon bio extensif sur le Larzac, exploitation Les Terres Libres. Inventeur du Buxor, innovation agro-écologique de reconstitution de sols à partir de broussailles (1er Prix de l'innovation bio au salon de l'agriculture 2016), en vente aux particuliers.

Les cochons sont roses ou noirs, cela dépend du mode d'élevage. Au XVIII° siècle, on a sélectionné beaucoup de cochons pour avoir de plus en plus de petits et faire beaucoup de viande. Ces cochons avaient un aspect normalement plus foncé. C'est une théorie mais, comme on les a sélectionnés, à l'abri de la lumière, et reproduits entre eux, on a dépigmenté leur peau.

Dans mon élevage, les cochons sont tachetés, noir ou roux. Il y a encore quelques cochons roses parce qu'il y a eu beaucoup de croisements pour retrouver ce cochon du Larzac. On a énormément de cochons tachetés avec du poil, alors que la plupart des cochons de bâtiments n'ont plus beaucoup de poils et ils sont très roses. En fait, ils ne voient jamais le soleil. On leur a enlevé leur capacité de résistance au soleil, parce que quand les cochons roses sortent des bâtiments pour aller dehors, ils ont d'affreux coups de soleil et souffrent énormément.

Il y a des cochons en plein air qui sont roses, il ne faut pas diaboliser, ils s'adaptent. C'est à dire qu'en fait, ils sont un peu moins rose, ils ont une couleur un peu plus ambre. C'est une adaptabilité au soleil.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.