Lilia voudrait savoir d'où vient la méchanceté. La méchanceté est le caractère de celui qui fait le mal intentionnellement, qui cherche à nuire. Souvent, une personne méchante est une personne triste... C'est ce que nous dit Denis Marquet, thérapeute.

"Moi, moche et méchant" ?!
"Moi, moche et méchant" ?! © Getty / Jen Con

D’où vient la méchanceté ? (Lilia)

Réponse de Denis MARQUET, Ecrivain, philosophe, thérapeute. 

La méchanceté vient toujours de la souffrance. S'il n'y a pas de souffrance, il n'y a pas de méchanceté.

Mais il y a toujours de la souffrance. On peut être frustré plusieurs fois dans la journée. De temps en temps, on voudrait une glace et on ne peut pas avoir de glace, ou un camarade vous donne une giffle ou vous griffe, etc. Cela vous fait souffrir et on voit qu'il y a en face de vous quelqu'un de méchant.

Vous êtes gentil, vous avez simplement mal. Mais "le méchant" souffre quelque part en lui, il souffre pour différentes raisons, et ne sait peut-être pas exactement de quoi il souffre : quelqu'un lui a dit quelque chose qui l'a blessé, qui lui a fait mal ? Sa maman l'a grondé un peu trop fort et lui a peut-être dit des choses méchantes parce qu'elle-même souffre ? 

Tous les êtres humains ont des souffrances à l'intérieur d'eux-mêmes. Quand ils refusent cette souffrance, ils se soulagent souvent sur les autres. La méchanceté, c'est se soulager sur autrui d'une souffrance qu'on porte en soi. 

Pour que la méchanceté diminue et peut-être disparaisse du monde, il faudrait que tout le monde accepte d'avoir mal un moment et de laisser partir la souffrance sans se soulager sur les autres. Ce n'est pas si facile... 

Si on se soulage sur quelqu'un, cela soulage un moment, mais la souffrance ne disparaît pas. Le problème, c'est qu'on crée la souffrance chez un autre alors qu'on ne l'a pas fait disparaître de soi, et la quantité de souffrance dans l'humanité a augmenté. 

Qu'est ce qu'on peut faire en thérapie ? On essaye d'entrer dans ses souffrances, de les laisser venir puis de les laisser partir. Quand on refuse une souffrance, c'est pour qu'elle ne vienne pas. Mais si on la refuse, c'est qu'elle est déjà là. On ne l'empêche pas de venir mais on l'empêche de partir.

Pour en guérir, il faut accepter pendant un moment de ne pas s'en soulager et surtout ne pas s'en soulager sur les autres, parce que c'est cela la méchanceté. 

▷ 📖 LIRE | "Nos enfants sont des merveilles" de Denis Marquet et Hélène Mathieu, aux éditions Nil.

Le site de Denis Marquet 

Je souhaiterais savoir s’il existe des animaux qui ne dorment jamais ? (Anselme)  

Réponse de Norin CHAÏ, Vétérinaire en chef de la ménagerie du Zoo du Jardin des Plantes

Il faut savoir que le sommeil est un état naturel, un état spontané qui fait partie de nos propres fonctions biologiques. 

De fait, il est obligatoire. Il n'existe pas d'animaux qui ne dorment jamais. Les animaux dorment, mais chaque espèce animale présente des stratégies, des modes de sommeil qui leur sont propres, en fonction de leur espèce et surtout de leurs conditions de vie. Une étude a été publiée sur les mammifères, et notamment sur les éléphants, qui montre que les éléphants ne dorment que 2 heures par jour, seulement 2 heures. 

C'est impressionnant, quand on sait que le sommeil joue beaucoup dans la faculté de compréhension, d'intégration de l'information. La mémoire de l'éléphant est légendaire et pourtant, ils ne dorment que 2 heures par jour. On pense que le peu de sommeil est surtout dû à une pression importante de leur environnement  : prédation, perte de l'habitat, agression interspécifique, notamment avec l'homme. Ce serait une adaptation. 

On peut voir aussi les dauphins. On penserait qu'ils ne dorment jamais, mais ils dorment d'un seul oeil, littéralement ! Dans le cerveau, il y a deux hémisphères, les dauphins ne dorment que "d'un seul cerveau" et du coup, ils ont toujours un oeil ouvert et l'autre fermé pour dormir. 

C'est totalement une adaptation à leur environnement. Alors, ils dorment d'un oeil sur deux, mais ils dorment parce que le cerveau qui dort réduit sa fréquence, son activité et c'est pour cela qu'on parle de sommeil. 

Les fourmis et les abeilles dorment aussi. On a repérer en fait des baisses de fréquence et d'activité cérébrale, même sur des fourmis et des abeilles. 

Le sommeil est vraiment une fonction biologique qui est indispensable.

On a au contraire des animaux qui dorment beaucoup, le Koala, dort 22 heures par jour ! Les chats dorment beaucoup, environ 16 heures par jour, à peu près comme un bébé humain. Le chien peut dormir 12, 13 heures par jour. Le furet dort tout le temps. Ce sont des adaptations, justement, à son mode de vie ancestral. Le chat qui provient des chats sauvages, est un prédateur. Le prédateur n'a pas besoin d'être réveillé tout le temps. Il a besoin d'être éveillé tout de suite pour la chasse et ensuite, il se repose parce que, à priori, il n'a pas de prédateur au dessus de lui. 

Le cheval et la girafe dorment très peu également. Le cheval est un peu comme l'éléphant, il peut dormir deux ou trois heures, la girafe également. Elle n'a même pas besoin d'être couchée pour atteindre ce qu'on appelle le sommeil paradoxal. Les animaux ongulés ont des positions justement au niveau des pattes qui leur permettent d'être debout sans effort. Attention, dormir n'est pas forcément s'allonger et puis ronfler ! Dormir, c'est permettre au cerveau d'atteindre cet état d'inactivité, nécessaire pour se régénérer. On peut très bien avoir des phases très, très rapides de sommeil d'une ou deux minutes, c'est un sommeil ! 

▷ 📖 LIRE | "Sagesse animale" de Norin Chaï, édité chez Stock

Quel est le mot qui veut dire le plus de choses ? (Capucine)  

Réponse : Muriel GILBERT, Correctrice au Journal Le Monde. 

C'est vrai, Capucine, il y a des mots qui veulent dire plusieurs choses différentes. Alors si on s'en tient au son des mots, sans parler de la façon dont ils s'écrivent, 

le mot qui veut dire le plus de choses en français, c'est le mot "VER". On appelle cela des homophones, ce sont "les mots qui se prononcent de la même façon".

En plus du ver de terre, il y a aussi le vers de la poésie. Et puis, il y en a un autre qui s'écrit vers et qui veut dire autre chose, c'est le vers de la direction : "je vais vers l'école". 

Et puis, il y a celui de la matière transparente qui se brise si on ne fait pas attention : le verre.  Et puis le récipient qui est construit dans cette même matière, le verre dans lequel on boit, est encore un autre mot. Et puis encore, vert qui veut dire bien sûr la couleur, mais qui veut aussi dire "les écologistes", au niveau politique, on les appelle aussi les verts. C'est vraiment le mot qui, en français, a le plus d'homophones. Il y en a un qui est plus rare et qui est un peu moins connu, mais on le trouve dans les contes de fées, la pantoufle de vayr de Cendrillon.

J'ai trouvé plusieurs mots qui veulent dire plusieurs choses et qui s'écrivent de la même façon. Par exemple Opéra : cela peut-être une oeuvre d'art musical, un opéra, le lieu où on va écouter cette oeuvre d'art musical, "on va à l'opéra". C'est aussi un délicieux gâteau au café au chocolat.

Il y en a un autre que j'aime bien, c'est le rouge. Ça veut dire aussi plusieurs choses : la couleur, comme on parlait du vert tout à l'heure. Mais il y a aussi toujours de la politique, un communiste ou quelqu'un de gauche, on peut dire "un rouge" dans certains langages, du maquillage pour les lèvres ou bien pour les joues, c'est "_du rouge_". Et puis, il y en a un que j'aime bien, mais ce n'est pas trop pour les enfants, c'est le vin : un petit verre de rouge.

Pour finir, il y a des mots pas croyables. Je trouve qu'ils veulent même dire une chose et son contraire avec le même mot qui s'écrit de la même façon et qui se prononce pareil. Vraiment, ce sont des pièges du français. Par exemple, il y a l'hôte qui peut désigner à la fois l'invité et celui qui invite. "C'est mon hôte." On ne peut pas savoir si c'est l'invité ou celui qui invite. L'amateur, cela peut-être quelqu'un qui débute ou bien au contraire un connaisseur. Un amateur, même un amateur d'art, n'est pas quelqu'un qui n'y connait rien. Il y a aussi "celui qui loue un appartement", cela peut-être le propriétaire ou le locataire, c'est le verbe louer

▷ 📖 LIRE | "Au bonheur des fautes" de Muriel Gilbert, édité à la librairie Vuibert.

Le site de Muriel Gilbert

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.