Mais par où sort le fil de l'araignée ? demande Leilou. Christine ROLLARD, surnommée "Madame Araignée", Arachnologue spécialisée dans l'étude des araignées, peint sa toile au fil de l'histoire...

Araignée du matin, chagrin, araignée du soir, espoir...
Araignée du matin, chagrin, araignée du soir, espoir... © Getty / Xu Wu

Par où sort le fil de l’araignée ? (Leïlou)   

Réponse de Christine ROLLARD, surnommée "Madame Araignée", Arachnologue spécialisée dans l'étude des araignées en tant qu'aranéologue. Biologiste, enseignante, Maître de conférences au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Toutes les araignées ne font pas de toile. On a l'habitude de voir des toiles, mais ce sont plutôt des fils de soie que produisent les araignées. 

"Ses fils de soie sortent par des tubes qui se trouvent à l’extrémité de l’abdomen, dans la partie postérieure de l’araignée. Ils sont au nombre de six et possèdent à leurs extrémités des tubes plus petits nommés fusules : c’est par là que va sortir le petit fil de l’araignée.

Quand on parle de fil d'araignée ou lorsqu'on voit des fils dans la nature, ce sont plusieurs petits fils microscopiques qui se sont agglutinés les uns aux autres et qui forment ces fils qu'on peut voir dehors le matin avec la rosée, ou ceux qu'on se prend dans la figure quand on se déplace sans les voir ! Voilà par où sort le fil de l'araignée. Ce fil ne sort pas des mains comme Spiderman !"

"Ce sont des fils de soie qui composent les toiles : les araignées sont de véritables usines à soie. Elles possèdent des glandes qui permettent de conserver la soie sous forme liquide à l’intérieur de l'abdomen. Il y a plusieurs types de glandes selon les espèces d’araignées : 3 à 8 types de glandes différentes qui vont produire des soies différentes, et vont lui servir à se déplacer, construire la toile, ou entourer les œufs de soie quand les femelles vont pondre. Il y a des usages différents, des soies différentes. La soie liquide se solidifie au contact de l'air, assurant ainsi sa solidité.

Le mâle est un peu plus petit, avec un abdomen plus effilé que la femelle, moins rebondi, mais il peut lui aussi produire de la soie. Les mâles font également leurs pièges puisqu'il faut bien se nourrir pour se développer. Pour les espèces qui ne font pas de piège, ils vont capturer en sautant, en faisant de la chasse à l'affût, etc. D'autres vivent un peu en parasite des femelles, cela dépend des espèces."

▷ 📖 LIRE | "Arachna, les voyages d'une femme araignée" de Christine Rollard et Vincent Tardieu, éditions Belin

A quelle distance commence le ciel ? (Emilien)    

Réponse de François FORGET, Planétologue et Astrophysicien, directeur de recherche au CNRS.

"C'est une belle question. Je ne suis pas poète ou philosophe, c'est un peu une question de philosophie. Où se trouve le ciel ? En tant que spécialiste des planètes et même des atmosphères, je vais répondre un peu physiquement. Qu'est-ce que c'est le ciel, quand on est sur terre ? On voit des nuages dans le ciel alors que les nuages ne sont pas loin. On sait bien qu'en montagne ou même en avion, on passe au dessus. Ils sont à quelques kilomètres d'altitude, typiquement. Et puis, quand il n'y a pas de nuages, on voit du bleu. 

Ce bleu est en fait l'atmosphère, c'est du gaz. Quand on se regarde là, tout près, on ne voit pas l'atmosphère, c'est tout à fait transparent. Sur une épaisseur de plusieurs kilomètres, on commence à voir le gaz parce que la lumière du soleil est diffusée sur tout ce bleu. C'est pour cela que le ciel est bleu et que cette terre nous apparaît comme bleutée.

"Alors, jusqu'où va le ciel ? Si on monte dans le ciel, on monte en altitude, les premiers l'ont fait en ballon. Quand ils sont arrivés à 30 000 mètres d'altitude, bien au-dessus de là où vont les avions, on se rend compte que peu à peu, le ciel devient de plus en plus violet, noir. A partir de 30 000 mètres, il est presque noir. Si on continue au dessus, est-ce que le ciel est encore là ? C'est l'espace et malgré tout, l'atmosphère ne s'arrête pas d'un coup, même si on monte à 100 km ou même à 400 km, il y a encore un petit peu de gaz, un peu d'atmosphère.

La fin du ciel pourrait être l'infini. Même la Lune ressent un petit peu la présence de l'atmosphère de la Terre. Puisque la question était un peu poétique :"où est le ciel ?" Je dirais : "quand on monte dans l'espace, vers une trentaine de kilomètres, tout à coup le ciel devient noir et on est dans l'espace." 

Pourquoi voit-on autant d’animaux dans les enluminures des  livres du Moyen Âge ? (Eve) 

Réponse de Michel PASTOUREAU, Historien, spécialiste des couleurs, des images, des emblèmes et du bestiaire médiéval. Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études.

"Il y a autant d'animaux dans les livres du Moyen-Âge parce que l'homme et l'animal étaient beaucoup plus proches qu'aujourdhui. Quand on est historien du Moyen Âge et qu'on travaille sur toutes sortes de documents, on rencontre l'animal partout. Probablement parce que l'animal était très présent dans la vie quotidienne, dans les mentalités, dans les sensibilités. On en parlait souvent, on les représentait souvent, j'ai même trouvé des documents qui nous racontent comment on juge des animaux. On conduit les animaux au tribunal parce qu'ils ont commis des crimes ou des délits !

"Par exemple, un bœuf qui refuse de travailler, de tirer la charrue, mais surtout des cochons qui ont blessé ou dévoré des nourrissons, des enfants. On à l'idée au Moyen-Âge que ces animaux, les gros animaux, sont des êtres moraux, qu'ils comprennent ce qu'est le bien et le mal et qu'on peut les juger. On les conduit au tribunal, on leur donne un avocat qui les défend, il y a procès et parfois, l'animal peut être acquitté. 

On se pose beaucoup de questions au Moyen-Âge à propos des animaux. Par exemple : est-ce qu'ils réssuscitent eux aussi après la mort ? Vont-ils au paradis, en enfer ? Est-ce le même paradis et le même enfer que celui des êtres humains ? Peut-on les faire travailler le dimanche ?! Peut-on leur imposer des jours de jeûne comme pour les humains ? Il y a une espèce de projection anthropomorphe, humaine, sur le monde animal qui nous fait un peu rire parfois, mais qui, au fond, souligne ce cousinage beaucoup plus grand entre l'homme et l'animal que dans nos sociétés contemporaines." 

📖 LIRE | "Bestiaires du Moyen Âge" de Michel Pastoureau, éditions du Seuil

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.