Tout au long de l’été sur France Inter vous allez découvrir ou redécouvir les femmes qui ont marqué l’histoire du sport. Des femmes engagées, rebelles, subversives et parfois scandaleuses. Aujourd’hui, il s’agit de Marie Marvingt, surnommée « la fiancée du danger ».

Marie Marvingt. photo exposée au Musée de l’Air
Marie Marvingt. photo exposée au Musée de l’Air © AFP / Archives Snark / Photo12

Marie Marvingt (née en 1875 à Aurillac et morte en 1963 à Laxou) est une pionnière de l'aviation, inventrice, sportive, alpiniste et infirmière. Elle pratique une quinzaine de disciplines comme le ski, le bobsleigh, la luge, le patinage, l’escrime et le cyclisme. En 1907, à l’occasion de la course Nancy-Bordeaux, elle invente la jupe-culotte. L’année suivante, alors que les organisateurs du Tour de France lui refusent un dossard, elle fait le même parcours que les hommes en partant chaque jour quelques minutes plus tard.

Troisième femme au monde à décrocher l’autorisation de piloter un avion en 1910, elle bat des records de longue distance comme la traversée de la mer du Nord en 1909 en ballon.

Pendant la première guerre mondiale elle débute comme infirmière avant de partir au front, déguisée en homme. En avion, elle bombarde une caserne allemande et reçoit la Croix de Guerre. Elle fondera les fondations de l’aviation sanitaire en mettant au poids le premier avion-ambulance.

"La femme la plus extraordinaire depuis Jeanne d’Arc"

Ses exploits sont connus dans le monde entier et le Chicago Tribune lui rend hommage et affirme qu’elle est "la femme la plus extraordinaire depuis Jeanne d’Arc". Marie Marvingt décède en 1963 à l’âge de 88 ans juste après avoir décroché son brevet de pilote d’hélicoptère dans l’anonymat et la pauvreté. Elle est enterrée au cimetière de Préville à Nancy.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.