Quelle influence sur le scrutin pourrait avoir l'attaque survenue sur les Champs-Élysées, deux jours auparavant? Les candidats doivent prendre position sans céder à la panique.

L'attaque terroriste survenue sur les Champs-Élysées a coûté la mort à un policier, à deux jours du 1er tour de la présidentielle
L'attaque terroriste survenue sur les Champs-Élysées a coûté la mort à un policier, à deux jours du 1er tour de la présidentielle © AFP / Benjamin Cremel

De quelle manière cette attaque terroriste sur le Champs-Élysées pourrait influer sur le premier tour de scrutin, ce dimanche 23 avril? Un vote de colère ou une abstention encore plus forte par peur de se rendre dans les bureaux ? Impossible à prévoir mais nous sommes bien dans une répétition du 13 novembre 2015. Nous étions alors à quatre semaines des élections régionales et tous les sondages annonçaient un Front National très haut. Notre partenaire IPSOS avait enregistré une poussée des candidats d'extrême-droite après les attentats de Paris et Saint-Denis même si à la fin le FN n'avait remporté aucune région.

Jeudi soir, le terroriste des Champs-Elysées s'est placé dans la logique du syrien Abu Moussab-Al-Suri, théoricien du djihadisme post-11 Septembre, et que Gilles Kepel a décrypté dans son ouvrage "La Fracture" : multiplier les actions terroristes spectaculaires au coeur des villes européennes, pour provoquer un sentiment anti-musulman et fracturer nos sociétés.

La plupart des terroristes ont grandi - voire sont nés - en Europe, ils savent qu'un bulletin de vote peut peser très lourd. Voilà donc la France mise au défi : le 13 novembre 2015, nous étions un mois avant le scrutin et la COP 21, 8 mois avant l'euro de football. Jeudi soir, le bilan a été beaucoup moins lourd mais le message est tout aussi spectaculaire : frapper l'une des avenues les plus connues au monde, pendant une émission politique, à 48 heures d'une présidentielle scrutée par le monde entier... où les indécis, en France, n'ont jamais été nombreux.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.