Au-delà de la réforme de la sécurité sociale proposée par François Fillon, les candidats sont nombreux à prendre en compte les dépenses de santé pour séduire les ménages.

En 2015, 23% des honoraires des soins dentaires restaient à la charge du patient
En 2015, 23% des honoraires des soins dentaires restaient à la charge du patient © AFP / PHILIPPE HUGUEN (illustration)

François Fillon a balayé ce mardi la "polémique absurde" déclenchée après les propos de Jérôme Chartier, l'un de ses fidèles lieutenants, sur France Inter mi-décembre, que le remboursement des dépenses de santé dépendrait du rhume du malade.

► REVOIR | Jérôme Chartier : "Francois Fillon fait la synthèse entre les différentes sensibilités de la droite"

Zéro euro de reste à charge

Le candidat de la droite et du centre a toutefois remisé cette réforme de l'assurance maladie, contestée jusque dans ses rangs. François Fillon va même jusqu'à proposer, à l'inverse, le remboursement intégral de certaines dépenses les plus coûteuses. Son objectif ? Un reste à charge de 0 euro pour les dépenses les plus coûteuses d'ici 2022.

Dès 2017, François Fillon propose une prise en charge à 100% des lunettes des enfants, s'il est élu. Et d'ici la fin de son quinquennat, il souhaite que le reste à charge soit nul pour les audio-prothèses, l'optique pour tous et les prothèses dentaires.

Cette idée du 0 euro de reste à charge a également été prônée début janvier par Emmanuel Macron. A l'époque, le leader d'En Marche ! avait été raillé. Mais la prise de position semblable de François Fillon n'est pas anodine, le candidat LR cherche à s'aligner sur celui qui le devance dans les sondages.

Un reste à charge de 23% pour les soins dentaires

Pourquoi les candidats s’intéressent de près à ces questions ? S'il l'on se penche sur les soins dentaires, principal reste à charge aujourd'hui pour le patient en volume, on constate que les honoraires sont fixés librement et que la part remboursée par la sécurité sociale ne représente qu'un tiers du coût des soins. En 2015, sur les 10,7 milliards d'euros de dépense en soins dentaires, près de 23% ont été directement financés par les ménages.

Pour la Mutualité française, cette réforme globale coûterait plus de 4 milliards d'euros à l'assurance maladie.

Chez Marine Le Pen, ce n'est en revanche pas une question essentielle. La candidate du Front national préfère sanctuariser la suppression de l'aide médicale d'État, réservée aux clandestins.

Une assurance maladie universelle ?

En matière de reste à charge certains candidats sont prêts à aller plus loin, en faisant disparaître les mutuelles au profit d'une assurance maladie universelle. Une idée initiée par Martin Hirsch et qui a séduit Jean-Luc Mélenchon. Le programme santé du le leader de la "France Insoumise" est en train d'être finalisé, mais Jean-Luc Mélenchon n'est pas contre un reste à charge de 0 pour le patient sur l’intégralité des dépenses de santé.

"Chimère" réplique Thierry Baudet, le patron de la Mutualité française. Aujourd'hui on évalue les dépenses de santé prises en charge directement par les ménages ou par leur complémentaire à 42 milliards d'euros. Un budget colossal qui incomberait alors en plus à l'assurance maladie.

A LIRE AUSSI | Santé : peut-on baisser le reste à charge des Français ?

►►ALLER PLUS LOIN | Retrouvez notre dossier : La campagne à l'épreuve des faits

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.