Le chômage, l'un des maux qui ronge la société française, n'est pas forcément un thème central de la campagne de Marine Le Pen ou Emmanuel Macron.

Pôle emploi
Pôle emploi © AFP / PHILIPPE HUGUEN

Emmanuel Macron, inspirateur de la loi El Khomri, promet une flexi-sécurité à la française : il souhaite fixer des barèmes pour les indemnisations aux prud’hommes ce qui faciliterait les licenciements mais il propose aussi que les salariés démissionnaires puissent bénéficier des allocations chômage.

L'idée est de remettre plus de fluidité dans un marché du travail qu'il juge figé, et dans le même temps, le candidat d'En Marche! veut suspendre les indemnités chômage pour les chômeurs qui refuseraient une offre d'emploi "raisonnable".

En amont, pour mieux former les gens, il mise sur le développement de l'apprentissage, il ne souhaite pas toucher à la durée légale du travail de 35 heures mais des dérogations pourraient être négociées au niveau des branches ou des entreprises avec heures supplémentaires défiscalisées.

Marine Le Pen rallongera la durée du temps de travail

Objectif de la candidate du Front National : passer à 37 ou 39 heures, mais bien payées 37 ou 39, après une négociation de branche pour éviter le dumping social entre entreprises. Pour Marine Le Pen, la lutte contre le chômage passe par une forme de souverainisme économique et social : taxation des salariés étrangers (en CDI ou en CDD) pour créer de facto une préférence nationale. Elle supprimera la directive sur les travailleurs détachés.

© AFP / Thomas SAINT-CRICQ, Paz PIZARRO
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.