Alors que la Guyane est en crise, Frédéric Métézeau s'est penché sur les propositions de chaque candidat sur les Outre-mers.

En Guyane des grèves et des blocages ont lieu depuis près d'une semaine
En Guyane des grèves et des blocages ont lieu depuis près d'une semaine © AFP / Jody Amiet

Sur l'économie d'abord, Emmanuel Macron promet l'autonomie et l'émancipation des outre-mers, mais son programme est très jacobin : plan d'investissement d'un milliard d’euros, interventions plus soutenues de la Banque publique d'investissement, baisse des prix des billets d'avion - prix des billets que Nicolas Dupont-Aignan promet carrément de diviser par deux.

François Fillon décline son programme outre-mer : zéro charge employeur pour les salaires jusqu'à deux fois le Smic et maintien des niches fiscales sur dix ans. Benoït Hamon défend un grand programme d'infrastructures financé par de l'argent public, à raison de deux milliards et demi d'euros sur cinq ans.

Marine Le Pen veut créer un ministère d'Etat pour l'outre-mer et pour la mer, auquel sera rattaché l'IFREMER pour une véritable industrie de la mer. Comme Jean-Luc Mélenchon elle veut maintenir et réformer "l'octroi de mer", cette taxe sur les produits importés qui renchérit le coût de la vie. Nicolas Dupont-Aignan souhaite la remplacer par une TVA spécifique. Le Pen veut continuer la politique d'abattements fiscaux, Mélenchon nationaliser des installations pétrolières pour faire baisser le prix du carburant.

La question sensible de la sécurité

"Rétablir la sécurité", c'est la revendication de certains manifestants guyanais, notamment le collectif des "500 frères" contre la délinquance. Benoît Hamon dénonce l'orpaillage illégal et promet la construction d'une nouvelle prison de 300 places et d'un tribunal à Saint-Laurent-du-Maroni. Macron et Mélenchon n'abordent pas la question spécifique de la sécurité, mais le candidat insoumis dénonce aussi les dangers de l'orpaillage.

Marine Le Pen,François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan estiment que l'insécurité est d'abord liée à l'immigration illégale, notamment en Guyane et à Mayotte. Tous les trois promettent plus de contrôles aux frontières. Marine Le Pen souhaite recruter des policiers et gendarmes prioritairement sur place, et à terme elle veut supprimer la sur-rémunération des fonctionnaires venus de métropole.

Là encore, François Fillon veut conditionner les aides sociales à deux ans de séjour et supprimer l'aide médicale d'Etat. Et Marine Le Pen souhaite abroger le droit du sol partout en France et donc dans les outre-mers. François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan veulent le supprimer ou le suspendre en Guyane et à Mayotte. Reste à savoir si cette mesure serait constitutionnelle.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.