Alors que les partenaires sociaux négocient les règles du chômage ce mardi, que proposent les candidats en matière de contrat de travail ?

La quasi-totalité des candidats veut maintenir les CDD et CDI
La quasi-totalité des candidats veut maintenir les CDD et CDI © AFP / Sébastien Bozon

Aucun candidat ne s'aventure à supprimer les CDD et CDI, sauf un : Philippe Poutou, qui veut le CDI pour tous et la fin du "pseudo-statut" d'auto-entrepreneur. Sinon, François Fillon constate que 9 embauches sur 10 se font aujourd'hui en CDD. Le candidat Les Républicains dénonce un marché du travail trop rigide et défend des "contrats stables" pour "faire disparaître la peur d'embaucher". Il propose pour les petites entreprises d'instaurer des "contrats de mission à durée limitée" ou des "contrat à causes de rupture prédéfinies". Pour tous les contrats il souhaite un plafonnement plus détaillé des indemnités prudhommales pour "sécuriser la rupture du contrat" : il irait donc plus loin que la loi El Khomri.

Emmanuel Macron, non-plus, ne souhaite pas toucher au CDI en tant que tel puisqu'il propose même une prime de 15.000 euros sur trois ans pour toute entreprise qui embaucherait en CDI un habitant de quartier "prioritaire". Emmanuel Macron veut surtaxer les contrats courts et précaires mais, comme François Fillon, il souhaite plafonner et aller plus loin dans la barèmisation les indemnités de licenciements pour que les employeurs aient plus de visibilité. Statu quo également pour Nicolas Dupont-Aignan qui ne souhaite pas sortir de la situation actuelle : il veut même favoriser l'embauche de chômeurs longue durée en CDI en supprimant toutes les cotisations employeur pendant cinq ans.

Abroger la loi El Khomri ?

A l'inverse, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Marine Le Pen souhaitent abroger la loi El Khomri Et Mélenchon veut réaffirmer le CDI comme norme du contrat de travail (ce qui est déjà le cas). Il veut limiter le nombre de contrats précaires à 10% maximum dans les PME et 5% dans les entreprises plus grandes. Pour les auto-entrepreneurs à client unique ou bien ceux employés par une seule plateforme collaborative (par exemple UBER), Jean-Luc Mélenchon souhaite que leurs contrats d'auto-entrepreneurs soient requalifiés en contrat de salarié.

Au-delà de l'abrogation de la loi travail Benoît Hamon souhaite le statu quo avec notamment la surtaxation déjà existante des CDD. Quant à Marine Le Pen elle maintiendrait la situation actuelle avec abrogation de la loi Travail mais surtaxation de tous les nouveaux contrats employant un salarié étranger.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.