Un sondage Ipsos France Inter-France Télévision révèle que 8 Français sur 10 estiment que leur pouvoir d'achat a baissé ces dernières années : un dossier majeur de la campagne.

Selon ce sondage Ipsos-France Inter-France Télévision, un Français sur 5 n'arrive pas à boucler ses fins de mois
Selon ce sondage Ipsos-France Inter-France Télévision, un Français sur 5 n'arrive pas à boucler ses fins de mois © Getty / Thomas Trutschel

France Inter continue de sonder les électeurs et leurs attentes, à travers le troisième volet d'une enquête Ipsos réalisée pour Radio France et France Télévision. Résultat : plus de neuf Français sur dix attendent les candidats sur le thème du pouvoir d’achat

►LIRE | Présidentielle : les Français préoccupés par leur pouvoir d’achat

Premier levier : donner plus d'argent

C'est le principe du revenu universel chez Benoît Hamon, enfin pas si universel mais tout de même : 600 euros par mois pour ceux qui gagnent moins de 2.200 euros, dès 18 ans. Pour les fonctionnaires, il propose de relever le point d'indice, et pour les salariés du privé, il préconise une hausse du SMIC. Pour tous, enfin : augmentation des minima sociaux mais aucun chiffrage de ces mesures.

Contrairement à lui, Jean-Luc Mélenchon parle d'une augmentation de 16% du SMIC, pas de minima sociaux sous 840 euros mensuels. Il promet également (sans autre précision) d'augmenter les salaires des fonctionnaires et de verser une "allocation d’autonomie" pour les 18-25 ans, pendant trois ans maximum et sous condition de ressources.

Emmanuel Macron veut augmenter la prime d'activité, Nicolas Dupont-Aignan veut une rémunération minimale de 2% du livret A. François Fillon veut restaurer les allocations familiales sans condition de ressources et relever de 300 euros par an les petites retraites. François Asselineau veut un salaire minimum à 1300 euros nets par mois, 1700 pour Philippe Poutou, 1800 euros pour Nathalie Arthaud.

Autre système, ne pas donner plus, mais prendre moins

Emmanuel Macron veut supprimer la taxe d'habitation pour 80% des ménages et, comme Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, il veut rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires. La présidente du FN veut aussi baisser l'impôt sur le revenu de 10% pour les trois premières tranches. François Fillon veut relever le plafond du quotient familial pour réduire l'impôt des familles, propose une diminution forfaitaire des cotisations salariales pour redonner 350 euros nets par an, quand Nicolas Dupont-Aignan veut les diminuer de 30% pour obtenir une hausse générale de 10% des salaires. Et - comme il n’y a pas de petites économies - il promet de supprimer les numéros de téléphones surtaxés !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.