Dans le Grand Nord, ça fond.

Vous l’avez entendu, chaque année la surface englacée de l’océan arctique est plus réduite et la proportion de la calotte groenlandaise en état de fusion augmente, jusqu’à 97 % l’été dernier. Mais c’est le grand Sud qui est le plus immense réservoir de glace du monde et son rôle dans le climat est encore plus déterminant ; Ainsi, si le Groenland fond, la mer montre de 6 mètres, ce n’est déjà pas mal, mais cela atteint 60 mètres si c’est l’Antarctique. Rassurez-vous nous n’en sommes pas là.

Pourtant études après études, il est évident que le grand continent blanc bouge aussi. Le dernier travail scientifique en date montre que la fonte est 10 fois plus rapide qu’il y a 600 ans, A cette époque la température était 1,6 ° inférieure à celle de la fin du XXème siècle. L’augmentation de la température s’est brusquement accélérée à partir de la moitié du XXème siècle confortant le modèle de réchauffement climatique du aux activités humaines.

Les conséquences en sont multiples et apparaissent parfois paradoxales.

Augmentation du niveau des mers, il n’est encore que de l’ordre du mm dont l’antarctique serait responsable.

Extension rapide de la banquise en automne ; ceci est plus étonnant mais se comprend car les eaux de fontes plus abondantes sont douces et plus légères que l’eau de mer salée. Restant en surface, ces eaux douces regèlent plus vite avec l’arrivée de l’hiver. Ajoutez à cela des vents plus forts qui ont tendance à disperser la couche de glace vers le large. La banquise se développe donc plus rapidement.

Fracturation de l’iceshelf : ça c ‘est plus savant. L’iceshelf c’est cette banquette de glace qui se forme quand les glaciers qui descendent de l’Antarctique atteignent la mer. Pendant plusieurs kilomètres, il restent attaché au continent et flottent comme une cape. Puis se morcèlent en icebergs. Or près de la côte, les températures d été sont de plus en plus souvent positives ; ce qui veut dire qu’il pleut au lieu de neiger et que l’iceshelf fond légèrement. Cette eau de fonte s’infiltre dans les milles fissures de la glace et au prochain regel agissent comme un coin pour fracturer l’iceshelf. De pans immenses se sont ainsi dégagé en particulier dans la mer de Weddell qui fait face à l’Atlantique. Des îles nouvelles sont apparues qui étaient enfouies sous la glace.

Est-ce que tout ceci est grave , docteur ? Oui, et non, dirait les normands. Les plate formes de glaces qui se morcèlent, ce la fait plus d ‘icebergs dangereux pour la navigation. mais dans les cinquantièmes et soixantièmes Sud, il n’y a pas une grande densité de bateaux. Cela peut aussi faire beaucoup plus de distance à parcourir pour qu’un manchot affamé retrouve l’eau libre pour se nourrir et donc faire s’effondrer les populations de cette sympathique bestiole. Mais cela a aussi, forcément de répercussions que nous identifions mal pour le moment, des équilibres différents des masses d’air plus chaudes, des perturbations des courants. Or l’antarctique est le pôle froid majeur de notre machine climatique. Chaque changement la-bas aura des répercussions ici et les conséquences du réchauffement global de la planète sont bien des dérèglements locaux. Même si on ne sait pas exactement ce qui va se passer, une fonte qui s ‘accélère la-bas n’est pas un très bon signe.

Allez, cela ne vous console peut être pas de ce printemps pourri, masi bon WE quand même.

L'équipe
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.