L'océan Bonne Année

Bonne année, bonne santé. Je vais faire des vœux maritimes cette année, cela ne vous étonnera pas ...

L’océan a abrité la vie, lui a permis de se développer. Il nous fournit la moitié de l’oxygène que nous respirons, absorbe 1/3 de nos gaz à effets de serre et 90 % de l’excèdent de chaleur dû à l’augmentation des dits gaz. Il nourrit 1 milliards d’hommes, et nous donne à rêver sur les plus beaux animaux de cette planète : les baleines.

Alors rêvons un peu ….en 2016 :

L’humanité, saisie d’enthousiasme s’engage à mettre un coup de frein massif l’émission de gaz à effets de serre, mettant ainsi un terme à l’acidification de l’océan.

Les gouvernements, conscients que les mers souffrent et ont besoin de zones de résistance, décide d’en mettre 30 % sous le statut d’aires marines protégées.

L’utilisation du plastique est remplacée par des composants biodégradables, le temps que les scientifiques mettent au point des méthodes pour récupérer les millions de tonnes qui sont déjà répandues.

Plus une ville, plus une industrie sans sa station d’épuration, plus un champ couvert de pesticides et d’engrais par excès, pour que l’eau des fleuves soit aussi limpide qu’aux origines et que les airs cessent de charrier les polluants qui finissent par être absorbés par les océans.

La pêche pirate, qui représente près de 20 % des débarquements, est traquée.

Les pêcheurs, suivant les avis scientifiques, ne capturent plus de poissons que la nature ne peut renouveler les populations. Les engins de pêches sont sélectifs et permettent aux tortues, oiseaux et mammifères marins d’échapper.

Les côtes sont protégées du bétonnage, les zones humides côtières restaurées, L’extraction, des sédiments marins répond à de strictes normes environnementales. Les forages offshore sont interdits.

Les navires ont des motorisations silencieuses pour ne pas perturber les mammifères marins et sans dégagements de suies.

Allez, je sens que vous trouvez que j’exagère, Fabienne ; Ou alors vous vous demandez si je n’exclus tout simplement pas l’homme de la surface des mers…. Non, je suis très réaliste, tout ceci ne dépend que des hommes et si nous voulons durablement pêcher, nous déplacer, nous relaxer, travailler par et pour la mer, cela ressemblerait à une feuille de route.

Trop ambitieux ? et si 2016 était l’année de l’ambition ?

Allez ! Bonne année océanique à tous ! Bonne Année

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.