La chimie verte, beau sujet, que je vais m’empresser de changer en chimie bleue.

Algues
Algues © Getty

La chimie Bleue

La chimie verte, beau sujet, que je vais m’empresser de changer en chimie bleue.

Peut-on à partir de la mer, trouver des sources de produits moins toxiques, moins impactant pour notre environnement et notre santé et plus facilement dégradables ? A l’évidence oui. Le milieu marin est dur pour la vie, les organismes ont développé des stratégies chimiques ou de comportement pour y répondre. On parle souvent des ressources médicales issues ou copiées de plantes ou d’animaux marins.

Mais je voudrais faire un focus sur les algues. Microscopiques ou immenses elles sont la source d’éléments chimiques comme des enzymes des polysaccharides ou des lipides bien intéressants.

Les lipides c’est de l’énergie. Les algues ont un rendement 10 fois supérieur à celui de l’huile de palme, qui est déjà l’un des meilleurs au monde. On sait transformer une pâte d’algues en pétrole en moins d’une heure quand la nature met 1 million d’années à le faire. Pour le moment, c’est le prix de cette transformation qui bloque. Sélectionner les bonnes souches parmi le million d’espèces existantes, trouver des méthodes de production en pleine eau pour ne pas accaparer l’eau douce ou le sol, être capable de les récolter, purifier, transformer. Ce n’est pas demain que nous roulerons à l’algue, mais on s’active dans les laboratoires.

Dans le domaine des cultures, les algues sont depuis longtemps utilisées comme engrais naturel. Comme elles ont développé des systèmes de défense contre les maladies et parasites, des recherches sont menées pour exploiter les possibilités des algues, pour stimuler les défenses immunitaires des plantes et remplacer les fongicides chimiques dévastateurs. Une opportunité pour l’agriculture biologique.

Parlons enfin des plastiques, ou plutôt des bioplastiques à base d’algue. Les algues brunes font déjà l’objet de ramassage ou de culture pour élaborer des granulé équivalent aux plastiques et permettant de fabriquer des contenants alimentaires, des jouets, ou divers matériaux utilisés en informatique. Autre avantage, en fin de vie, votre clé USB peut être ajoutée à votre compost au lieu de finir à la poubelle.

Les algues peuvent aussi servir à capter certains polluants, comme des métaux lourds ou dégradent des composés chimiques nocifs et donc servir à épurer les eaux industrielles.

Cultivées sans engrais, ni pesticides, fournissant au passage de l’oxygène, les algues sont sûrement parmi les produits marins les plus prometteurs

__

__

L'équipe
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.