Fous de bassan
Fous de bassan © wikimedia commons / jacme31

Je vous ai déjà entretenu de mon oiseau favori des quarantièmes sud, l'albatros évidemment. Maintenant que ma coque me porte vers le grand nord, mon champion est bien sur sans conteste le Fou de Bassan.

Voyez madame ou monsieur Fou planer dans le grand vent ou donner de lents et puissants coups d'ailes ; un plumage d'un blanc éclatant, une tête et un cou jaune pâle ; des yeux bleus cerclés de gris ; un bec en forme de poignard. Ah oui, cela a de la prestance. Ajoutez qu'avec ses près de 2 mètres d envergure c'est le plus grand oiseau de l'atlantique nord, ça c'est classe.

Bassan certes car il a été repéré par les anciens sur l'îlot de Bass en Écosse , mais fou pourquoi ? Eh bien imaginez, que pour attraper sa nourriture faire de maquereaux, harengs et autres petits poissons, sa vue perçante lui permet de repérer les bancs à 50 mètres d altitude, il replis alors ses ailes et plonge à 100 km heure, jusqu’à 15 mètres de profondeur. Une sorte d'air-bag protège sa tête et son cou à l'arrivée dans l'eau, mais l'onde de choc assomme les poissons qu'il n'a qu'à attraper au passage en refaisant surface. Les pêcheurs qui les voyaient remonter le bec vide les qualifiaient de fou, mais pas si fou, le poisson était déjà avalé. Sa posture es si aérodynamique que l'on dit qu'elle inspira les concepteurs du concorde.

En temps normal c'est chacun pour soi dans le grand vent, mais fin janvier, retour dans les falaises de nidifications qui peuvent accueillir jusqu'à cent milles oiseaux, imaginez le tapis de plumes.

Monsieur et madame forment un couple fidèle qui se retrouve chaque année au terme d'un charmante danse nuptiale. On se fait la révérence, on s'étire le cou et les ailes, on se frotte le bec, et toutes sortes d'autres mamours. En résulte un

12 semaines plus tard, le jeune est proprement mis à la porte du nid. Il commence par jeuner 2 semaines pour perdre ses rondeurs enfantines, puis arrive à décoller et part passer sa première migration en méditerranée. Ah jeunesse !

Vers 5 à 6 ans, fini l'adolescence, malheureusement 80 % d entre eux n'ont pas survécu. Les petits veinards viennent sur les site de ponte mais attention se font souvent rembarrer par les ainés et doivent chercher u n conjoint à la marge, dans les site dits de rencontre… une boite de nuit pour fous de Bassan ?

L'espèce semble ne plus être en danger et ses effectifs progressent même légèrement, tant qu'il reste des poissons dans la mer.. ; ce qui n'est pas complètement sûr. Elle est donc a peu près partout protégée, à une notable exception la chasse traditionnelle au Guga, le poussin de fous de Bassan, pratiquée comme une survivance ancestrale et un rite de passage à l'âge adulte ( tiens cela rappelle ce que je vous ai raconté la semaine dernière sur la chasse au obicéphale). Une dizaine d'hommes du village de Ness, la plus nord des iles Hébrides, part en expédition dans l'improbable îlot de Sula Sgeir, battu par les grandes tempêtes de l'atlantique nord. Et là pendant 15 jours on assomme, on dépèce, on sèche, on sale pas moins de 2000 poussins et on revient triomphalement car le Guga est parait il un met de roi…disent bien sur ceux qui pratique cette chasse dont on imagine ce qu'en pense les société ornithologique.

A le voir voler en tous cas on comprend que depuis le premier millénaire , le fou de Bassan était célébré dans les poèmes épiques. Et puis un conseil , quand vous voyez les fous voler autour du bateau, arrêtez de mettre le nez en l'air c'est l'heure de sortir la ligne de traîne , le poisson doit être dans le coin.

L'équipe
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.