Vous parlez astrophysique, ma chère Fabienne, je suis donc allée voir ce que ces grands savants nous disaient des océans, enfin, pas des nôtres, mais de ceux que l’on entrevoit ailleurs dans l’univers. Car qui dit océan, dit peut être vie… ce vieux fantasme de l’homme : la vie extra-terrestre.

Le plus scruté, car le plus proche est l’océan martien. Ils y a trois ans l’un des radars de la sonde Mars express a levé un coin du voile. Oui, il y aurait eu, il y a 3 ou 4 milliards d’années une vaste mer au pôle nord de cette planète, qu’avec un certain manque d’imagination on a appelé océanus borealis. Le radar analysant les couches profondes a en effet détecté des couches sédimentaires et qui dit sédiment dit mer. Bon, mais qu’est devenue toute cette eau ? Piégée dans le sous-sol gelé ? Envolée dans le cosmos ? Le mystère plane encore et surtout aucune trace du début d’un commencement d’organismes vivants. Pas de petits hommes verts… et pas de quoi y poser la quille de mon bateau.

Pas très loin de chez nous (entendez 700 millions de km en moyenne),un satellite de Jupiter :Europe, s’est fait remarquer, par la sonde Galileo. Europe est d’un beau blanc brillant, signe d’une surface toute gelée, et donc de présence d’eau, au moins solide. Mais des indices suggèrent aussi une couche d’eau liquide en continu sous quelques dizaines de km de glace. Un océan froid, très salé et encore plus acide n’est pas très favorable à la vie, mais qui sait, on trouve bien des bactéries sur terre dans des environnements extrêmes.

Un peu plus loin, (1,5 milliard de km) c’est du côté du pôle sud cette fois-ci, d’Encelade, un satellite de Saturne que l’eau semble présente, nous apprend, cette fois-ci la sonde Cassini. Mais c’est de l’eau gelée sur 30 kilomètres d’épaisseur semble-t-il. Et sous cette glace, un océan d’environ 10 km de profondeur agité par des courants de marée qui propulsent de furieux geysers à travers les failles de la glace. Pas d’extra-terrestres en vue, là non plus et la balade en sous-marin, dans le noir, ne me tente pas vraiment.

En fait l’eau est présente dans l’univers ; un millionième de sa masse visible. C’est peu et énorme à la fois, des molécules d’eau se baladent dans le cosmos et seraient d’ailleurs venues, en partie, ensemencer la terre. Les comètes sont des boules de glaces, par exemple, mais de l’eau liquide abondante, ça a l’air d’être bien rare.

Très loin, on a bien trouvé GJ 1214b (joli nom) qui serait une exo planète candidate à avoir un océan, mais compte tenu de la température ce serait plutôt un bain de vapeur. Toujours pas terrible pour naviguer.

Sur le nombre d’exo-planètes que nos astrophysiciens découvrent chaque jour, peu feraient donc mon bonheur de marin … Ah, si, il y a peut-être Kepler 186f qui aurait la température requise pour une présence océanique, mais elle est à … 492 années-lumière. En voyageant à 300 000 km à la seconde, ce sont mes descendants à la vingt-cinq millièmes génération qui navigueront sur ces rivages hypothétiques.

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.