Je sais que vous partagez mon amour immodéré pour le manchot empereur, sympathique bestiole popularisée par de nombreux films dont certains pour les enfants.

Alors quelques nouvelles. Et d’abord, je crains de devoir réviser mon jugement sur cet animal et me prononcer pour l’interdiction desdits films ou leur classement en X eu égard à son comportement parfaitement dépravé ; En effet le Muséum d’histoire naturelle britannique a récemment exhumé une étude de Georges Murray Lewick, compagnon de Scott en 1912 qui, bloqué par la glace, passa de nombreux mois à les observer, en attendant d’être récupéré. Son rapport lui semblait tellement ignoble qu’il le rédigea en grec pour qu’il ne tombe entre toutes les mains. Il y décrit formellement force cas d’homosexualité, ce qui était impensable à l’époque, mais aussi d’actes pédophiles à l’encontre des poussins et même de sexualité sur des femelles mortes ! Ah ! vraiment quelle sale bête immorale que ce manchot !

Ce « scandale » n’a pas, à ma connaissance été corroboré par des études récentes, mais l’accusation est de taille. Aucune explication à ce comportement si ce n’est que les manchots empereurs n’ont que quelques semaines pour se reproduire et que l’inexpérience des jeunes les conduiraient à essayer n’importe quel partenaire pour assurer un succès reproductif…. Un peu court, monsieur l’avocat de la défense !

Heureusement que son collègue le manchot royal, redore un peu le blason de la gente sphénicidée. Le laboratoire du professeur Le Maho vient en effet de faire une découverte prometteuse. Le mâle assure les dernières semaines d ‘incubation et l’éclosion du petit, pendant que la femelle part à plus de 500 km chercher de quoi manger. Il est donc capable de restituer de la nourriture qu’il a conservé plusieurs semaines dans son estomac pourtant à 37°.

Ceci est possible, vient-on de découvrir, grâce à une protéine bien nommée sphénicine, antibactérienne et antifongique qui fonctionne en milieu fortement salin, comme l’est l’estomac du manchot, alors que les antibiotiques normaux perdent leurs fonctions dans ces conditions.

Cette nouvelle protéine se verrait promue à un bel avenir, comme le traitement de la mucoviscidose, sécrétion salée des poumons malades, mais aussi d’affections de la cornée, ou le nettoyage de prothèses et de cathéters. Bref une nouvelle branche d’antibiotiques à l’heure ou de nombreuses résistances se font jour pour les anciennes. On pensera aussi à des développements pour la conservation de certains aliments et un brevet vient d ‘être déposé.

Je n’ai pas éclairci le point de savoir si ces mêmes manchots royaux avaient des mœurs aussi dépravées que les empereurs, ni si ces mêmes empereurs avaient le bon goût de se racheter en nous proposant aussi la fameuse sphénicine. A vrai dire je penche pour l’affirmative, tant il est vrai que la nature se fout éperdument de la morale.

Alors donc, vivent les manchots!

L'équipe
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.