Le saumon

Ban de saumons
Ban de saumons © corbis

Petite rubrique conso aujourd’hui ! Car j’ai bien remarqué que nous nous sommes rués sur le saumon fumé pour les fêtes, comme d’habitude. C’est vrai que c‘est bon…. Enfin parfois. Car franchement les promos à moins de 10 euros ce n’est pas terrible et pas bon du tout pour l’océan. Les élevages où les poissons n’ont quasiment plus d‘écailles à force de se heurter dans des bassins surchargés ;

La nourriture composée de petits poissons appelés affreusement poisson fourrage qui contribue à vider les océans ( il faut au minimum3,5 kg de poissons fourrage pour faire un kilo de saumon) ; 200 000 tonnes de krill sont pêchées en Antarctique pour cela contribuant à affamer baleines, phoques et manchots ; le déversement excessif de nourriture dont le trop plein va pourrir dans les fonds transformant un fjord aux eaux pures en zone morte où tout l’oxygène a été absorbé par la décomposition des déchets ; les traitements réitérés aux antibiotiques qui finissent par imprégner la chair du poisson et le milieu environnant, alors qu’on nous rabâche que « les antibiotiques ne sont pas automatiques » ; les 200 000 saumons qui s’échappent annuellement des cages pour venir se croiser avec les espèces sauvages et les contaminer de bactéries, contribuant leur extinction ; et cerise sur le gâteau la création de saumons OGM aux USA qui pourraient finir par arriver chez nous… tout cela n’est pas réjouissant.

Un reportage sur France 2 l’an dernier avait fait grand bruit en qualifiant le saumon d’élevage de « nourriture la plus toxique au monde ». Certains médecins ont appelé à ne pas consommer de saumon plus de trois fois par an !

Les Norvégiens ont fait des efforts depuis ce rapport terrible. Les traitements antibiotiques ont considérablement régressé par vaccination des animaux, la nourriture est plus végétale, mais du coup on risque d’y trouver des pesticides des cultures…

Alors qu’est ce qu’on mange ? moins mais mieux !

Evitez absolument, les animaux dont la chair est striée de blanc , cette mauvaise graisse qui a une odeur fade, voire métallique ou rance. Soyez attentifs à la provenance, je ne conseille pas les élevages Norvégiens et surtout Chiliens. Certains d‘entre eux ont un label bio ou ASC, c‘est mieux, mais pas encore la panacée. Ne vous reportez surtout pas sur le saumon sauvage qui est à l’agonie : 75 % des populations ont disparu en 30 ans.

J’ai une proposition : le saumon d’Alaska. Dans l’Alaska américain, l’élevage est interdit, mais des écloseries fournissent des milliards d‘œufs récoltés sur des souches sauvages qui sont ensuite rendus à la haute mer. Là, les saumons grandissent naturellement puis reviennent à la côte quelques années plus tard pour pondre et sont alors péchés. Une méthode beaucoup plus écolo et qui donne du travail à tout le monde.

Un peu d’exigence pour vous et pour l’océan.

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.