Expédition Tara Océans Polar Circle 2013 - Plancton
Expédition Tara Océans Polar Circle 2013 - Plancton © Radio France / C.Sardet

Il y a très très longtemps … quand je faisais mes étude d’ingénieur des pêches, j’ai eu l’occasion de faire un stage de trois semaines au laboratoire de planctonologie de Villefranche sur mer : Incroyable, génial, éblouissant, je ne l’ai jamais oublié. Avec des filets aux mailles minuscules, nous partions à l’aube. Il semblait qu’il n’y avait rien dans la mer imperturbablement bleue, juste une petite boue au fond de notre chalut. Et pourtant, quand revenu au laboratoire nous examinions tout cela, c’était un monde, un univers ! Des milliers de formes différentes, des êtres translucides dont on voit battre les organes par transparence, des plumes, des poils, des appendices de toutes nature, des animaux merveilleusement géométriques, dentelles de calcaires plus finement sculptées que des bijoux. Dans un seul litre d’eau de mer une vie débridée se cache. Il se trouve que l’actuel directeur de ce laboratoire Christian Sardet est non seulement passionné de ses chères bestioles mais aussi excellent pédagogue et vient de sortir un livre qui est magnifique, pour les amateurs de science, mais aussi pour les amateurs de beau, tout simplement.

Rappelons que le plancton est à l’origine de la vie sur terre, et c’est parce qu’il s ‘est développé et complexifié pendant des milliards d’années dans l’océan que nous sommes là aujourd’hui. C’est l’explosion des cyanobactéries qui a produit, il y a plus de 2 milliards d’années assez d’oxygène pour ouvrir la voie à la respiration. Le plancton, végétal ou animal est la base de toute chaîne alimentaire : poissons, crustacés et coquillages lui doivent tout et 3 milliards d ‘être humains dont la mer est la seule source de protéines. Ce sont les milliards de milliards de minuscules coques calcaires des coccolitophoridées et des foraminifères qui en s’accumulant dans les grands fonds ont formé les roches calcaires, pendant que leurs collègues les diatomées devenaient les précurseurs du pétrole et du gaz , mais aussi de silice qui nous sont des engrais puissants. Ce sont certaines espèces de plancton qui émettent suffisamment de sulfure de diméthlyle dans l’atmosphère pour qu’ait lieu la condensation et la formation des nuages. C’est le phytoplancton, le plancton végétal qui absorbe par sa croissance plus de tiers de nos gaz à effets de serre et piège le carbone en profondeur en coulant après la mort.

S’il fallait ériger une statut à la vie, elle ne pourrait être qu’en forme de plancton. Remarquez que là on aurait l’embarras du choix. Plus de 200 000 espèces connues mais sans doute encore 1 million inconnues et encore je ne parle pas des bactéries. Car plancton veut dire « errer » en grec et concerne tous les organismes qui se laissent dériver au gré des courants. Beaucoup nous sont inconnues, mais on trouve aussi des œufs et larves de poissons ou de crustacés, des méduses et quantité de vers flottants. De 1 micron à 10 mètres de long pour certaines méduses, comestibles comme la poutine o la spiruline, urticants et même mortels dans certains cas ; isolés ou en colonies; durs ou mous, végétaux vivant du soleil ou animaux prédateurs, carnivores ou cannibales ; le plancton a déjà tout inventé ou presque. C’est pour nous, les hommes une source potentielle d’immenses découvertes qui vont peut être un jour nous nourrir, nous soigner, nous fournir de l’énergie ou des procédés bio chimiques. A condition quand même que l’océan reste en bonne santé et pas trop affecté par le réchauffement climatique mais ceci est une autre histoire.

Feuilletez donc « Plancton, aux origines de la vie » de Christina Sardet aux éditions Ulmer, des photos sublimes et un texte passionnant.

Bonne lecture !

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.