De Dunkerque à Menton, du petit port de Dives au grand de Brest, une déferlante de festivités vous attend.

J’ai une petite tradition pour la fin juin, c’est de vous donner des idées sur le « comment ne pas bronzer idiot ». C’est-à-dire que faire de culturel, artistique, convivial en plus de joies de la plage. Et cette année en faisant le tour de la question, sur les sites et autres pages facebook, je m’aperçois de la prépondérance des « fêtes de la mer ».

De Dunkerque à Menton, du petit port de Dives au grand de Brest, une déferlante de festivités vous attend. La fête de la mer est bien sûr à base de stands et des marchés artisanaux pour déguster une bière, une glace ou les spécialités culinaires locales et faire l’emplette de la marinière de vos rêves. Allez, il faut bien financer la fête.

Mais il faut aussi un côté maritime. En mer vous pourrez donc admirer ou visiter des drakkars, des sétoises à rames des bateaux de pêche, des navires de la société de sauvetage en mer, des douanes ou et des affaires maritimes. Les plaisanciers locaux sont généralement invités à parader, voir à disputer des régates avec parfois bénédiction en prime, ce qui ne fait jamais de mal. Dans certains cas on poussera jusqu’à la messe et l’immersion de gerbes à la mémoire des péris en mer. Souvent les participants sont invités à essayer, la voile, le paddle, la plongée ou le kayak. Pour ceux que les activités sportives ne tentent pas, des expositions, des librairies itinérantes, des débats avec des professionnels, des rencontres et surtout des défilés en costumes folkloriques avec sortie de la statue du saint patron local, des danses locales elles aussi et les indémodables chants de marin seront au rendez-vous. Il pourra aussi y être question d’initiation aux nœuds de marins au modélisme ou à la construction navale. Vous aurez des démonstrations de chiens sauveteurs, jeux traditionnels,

Tout cela vous aura creusé l’appétit, sachez qu’à Cap- Breton on vous régalera ensuite de merlu, de maquereau à Saint Martin et d’oursins à Sausset les pins et à Concarneau de sardine, évidemment. J’ai même repéré un concours de sandwich de la mer … miam, miam…

Le tout se clôturera par des concerts, spectacles, bals populaires et bien sûr feux d’artifice.

Certains comités des fêtes précisent que les animaux sont acceptés, … sympa de ne pas laisser Médor rater cela, d’autres que les bénévoles peuvent d’ores et déjà se faire connaitre pour nettoyer les restes des agapes ou que la sécurité sera l’objectif numéro un… injonction un peu étrange.

Hormis le légitime besoin d’attiré le touriste, j’y vois aussi un besoin de racines et de convivialité. A une époque inquiète on répond par le culte d’un autrefois supposé meilleur. Au dépérissement des villages, on oppose la mobilisation des bénévoles, la foule, les voix et les couleurs. On peut s’en amuser, ou s’en féliciter en jugeant que la mer rassemble dans des moments de plaisirs et , les vacances sont faites pour cela.

Excellentes vacances à tous. C’était ma dernière chronique sur France Inter, après quasiment 20 ans de rendez-vous hebdomadaires que la chaine n’a pas souhaité poursuivre. J’en garde le lumineux souvenir d’avoir partagé avec vous tous une grande complicité…. Et l’air de la mer !

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.