Les tortues marines

Et comment vont les tortues marines ? Je vous ai déjà entretenu de la difficile survie de ces espèces pour lesquelles la période la plus vulnérable est bien sûr la période de ponte. Souvent malheureusement les plages de rêves sur lesquelles elles déposent leurs œufs ont été dévastées au profit d’hôtels ou de digues portuaires, quand ce n’est pas de routes côtières. Les populations locales avaient coutume de manger les œufs ou les adultes, les braconniers de les traquer pour leurs écailles ou leur carapaces supposées remédier à l’état de vieux messieurs fatigués.

De nombreuses mesures de protection, d’interdiction de la pêche ou du commerce, traque des braconniers, travail avec les populations pour qu’elles privilégient le tourisme vert et à faible impact à la chasse ; ou encore l’élaboration de chaluts équipés de sorties de secours pour éviter leurs captures. Et tout cela ne marche pas trop mal. Certaines populations en atlantique se remettent à croître.

Mais un nouveau danger vient fragiliser encore plus les tortues marines, comme pour une grande partie des espèces, c’est le réchauffement climatique. Plages inondées par l’élévation du niveau marin, squelette affaiblit par l’acidification de l’océan, cycle de vie de la nourriture perturbé… La température agit aussi de manière insidieuse puisque c’est le sex-ratio qui est impacté. Jusqu’à 27 /30° les naissances mâles et femelles sont équilibrées. Au-delà il naît nettement plus de mâles que de femelles. A terme, cela impactera l’abondance des populations.

Ces animaux ont déjà résisté à différents bouleversements au cours du million d’année qu’à déjà duré leur règne. On le voit déjà s’adapter en arrivant pondre plus tôt avant que la température ne monte trop. Espérons que le réchauffement ne sera pas trop rapide pour qu’elles soient capables de suivre le mouvement.

Mais au moins peut-être pouvons-nous les aider. Renforcer leur protection et la surveillance, planter des arbres en bord de mer ! Ils stabiliseront les plages sujettes à l’élévation du niveau des mers, ombragerons et rafraîchiront le sable…. Et permettront même aux touristes de venir les observer sans attraper de coups de soleil….

Comme quoi, en agissant pour la biodiversité, on peut joindre l’utile à l’agréable.

Allez les tortues, tenez bon, on vous aime !

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Les récits d'Isabelle Autissier Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.