Comme chaque année, France Inter vous proposait d'écouter et de voter pour votre reportage préféré, parmi quatre oeuvres issues des rédactions de Radio-Canada, la RTBF, la Radio Télévision Suisse et Radio-France. C'est finalement le reportage de Marine de la Moissonnière qui l'a emporté.

La journaliste concourait pour Radio France avec son reportage sur "les enfants perdus de l'Espagne".

Réécoutez le reportage intégralement ici

Palmarès complet :

  1. Marine de la Moissonnière pour Radio-France
  2. Dominique Burge pour la RTBF (Belgique)
  3. Eric Jozsef pour la Radio Télévision Suisse
  4. Marie-Hélène Cloutier pour Radio-Canada

La liste complète des candidats

Présenté par Radio France:

"Les enfants perdus de l'Espagne" (par Marine de LA MOISSONNIERE)

Ces enfants sont en fait des adultes qui ont découvert tardivement la vérité sur leurs origines.

Une vérité dérangeante…Nouveaux nés, ils ont été arrachés à leurs parents biologiques qui les croyaient morts ! Ils ont été volés, placés ou vendus…

Ce trafic a duré 50 ans, de Franco jusqu’à la fin des années 80…Jusqu’à ce que l’Espagne se dote, enfin, de lois encadrant plus rigoureusement les adoptions.

Aujourd’hui encore ces crimes restent impunis.

Combien sont-ils réellement ? Nul ne le sait… Et pour cause : quand les familles ont un soupçon, elles retrouvent, au mieux, des certificats de naissance falsifiés, parfois des petits cercueils vides ou lestés, à la place du bébé qu’on croyait disparu.

Marine de LA MOISSONNIERE a retrouvé des victimes : enfants ou parents traumatisés à vie, comme cette mère à Madrid.

Présenté par la RTBF (Belgique)

"Ce que je voulais vous dire" (par Dominique BURGE)

En Belgique, l’euthanasie est autorisée par la loi (dépénalisée) depuis 2002. Des conditions strictes sont imposées, et une Commission de contrôle vérifie qu’elles sont respectées. Cette année près de 1630 cas ont été déclarés…530 de plus qu’en 2011 !

Jusqu’ici seules les personnes majeures et non démentes pouvaient demander l’euthanasie.

Mais, récemment, des parlementaires ont proposé d’étendre cette possibilité aux mineurs de moins de 18 ans.

Après de longs débats, une commission du Sénat a voté en ce sens.

L’euthanasie des mineurs pourrait donc devenir une réalité dans quelques mois, si les députés belges votent définitivement la nouvelle loi.

C’est dans ce contexte qu’a été réalisé le reportage.

Dominique BURGE a souhaité entendre les personnes confrontés à la fin de vie d’enfants et d’adolescents ; des parents bien sûrs, qui ont vécu cette expérience douloureuse, mais aussi des intervenants médicaux qui travaillent dans les services pédiatriques de soins intensifs ou de soins palliatifs.

Présenté par la RTS (Radio Télévision Suisse)

"Lampedusa: en quête d'une sépulture"

Eric JOZSEF est le correspondant de la Radio télévision Suisse en Italie. Il est retourné à Lampedusa le 14 octobre, soit onze jours après le naufrage d’un chalutier transportant plus de 500 (en majorité des Erythréens et Somaliens) et qui a coulé après un incendie.

Eric Jozsef a tenté de reconstituer le drame à partir du témoignage des survivants qui étaient encore sur place. Il a voulu aussi raconter la quête des familles vivant déjà en Europe et qui espéraient encore, pour certaines, retrouver un proche, vivant, ou donner une sépulture à un frère. C’est la première fois que les familles arrivaient en masse à Lampedusa, incarnant l’humanité des disparus. Une prise de conscience encore plus aigüe pour les habitants. La plupart des parents des victimes, d’ailleurs, avaient eux aussi dans le passé effectué la traversée, en passant par cette petit île au large de la Sicile.

Présenté par Radio-Canada:

"Se libérer des armes par l'art" (par Marie-Elaine CLOUTIER)

C’est l’histoire d’un passionné d’armes d’Edmundston, une petite ville forestière du Nouveau Brunswick, à la frontière avec les Etats-Unis. Un homme traumatisé par la tuerie de Newtown, où vingt écoliers et six adultes ont trouvé la mort il y a un an.

En hommage aux victimes, il a décidé de transformer sa collection d’armes en monument.

Newton c’est dans le Connecticut (aux USA donc), mais les Canadiens ont connu une histoire similaire en 89 à l’école polytechnique de Montréal.

Au Canada, aujourd’hui, pour acheter une arme il faut un permis, assez simple à obtenir pour les armes de chasse qui n’ont plus besoin d’être enregistrée. Mais le débat est vif sur l’opportunité de durcir la loi. La culture des armes est moindre qu’aux Etats-Unis…Sauf dans les régions rurales et forestières.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.