Cette semaine, à l’heure de vos grands reportages, les Radios Francophones Publiques vous proposent un regard croisé sur la laïcité.

Définition de la Laïcité selon Jean BAUBEROT, spécialiste internationalement reconnu de la laïcité, historien et sociologue. Il vient de publier "Une si vive révolte" aux éditions de l’atelier.

Une si vive révolte
Une si vive révolte ©

"Je dirai que la laïcité a deux objectifs. Le premier objectif c’est la liberté de conscience. La liberté de conscience c’est la liberté de religion mais aussi la liberté de critiquer la religion, la liberté de convictions philosophiques non religieuses.

Le deuxième objectif de la laïcité c’est la non discrimination pour raison de convictions ou de religions : c’est lié à la liberté de conscience.

A partir de là, il y a deux moyens de parvenir à ces objectifs.

Le premier c’est la séparation du pouvoir politique et des autorités religieuses, et la seconde c’est la neutralité de la puissance publique.

Vous voyez bien qu’il peut y avoir plusieurs interprétations de ce qu’implique concrètement, et la séparation des autorités religieuses et du pouvoir politique, et la neutralité de la puissance publique. "

__

La laïcité c’est vrai est diverse. Le mot est même difficile à traduire dans certaines langues.

Et pourtant de Genève à Montréal, il est plus que jamais d’actualité.

Avec nos confrères de la RTBF en Belgique, de la Radio Télévision Suisse et de Radio Canada, nous avons voulu savoir comment cette idée de laïcité était vécue (et parfois mise à mal) dans nos différents pays. Et comment la liberté de conscience trouvait sa place.

La Commission européenne à Bruxelles
La Commission européenne à Bruxelles © Nicolas Willems
[](http://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/programmes/detail_la-laicite-en-question-dans-4-pays-francophones?emissionId=1005&programId=129707)[](http://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/programmes/detail_la-laicite-en-question-dans-4-pays-francophones?emissionId=1005&programId=129707)[Je vous propose de commencer par Bruxelles.](http://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/programmes/detail_la-laicite-en-question-dans-4-pays-francophones?emissionId=1005&programId=129707) Bruxelles siège des institutions européennes où on va voir comment les lobbies religieux exercent une pression importante. Le traité de Lisbonne, entré en vigueur fin 2009 garantit aux églises je cite « un dialogue ouvert transparent et régulier » avec les institutions. Les églises sont considérées comme des partenaires. Il faut se rappeler que les pères fondateurs de l’Europe appartenaient à la mouvance démocrate chrétienne…Mais aujourd’hui c’est une nouvelle forme de militantisme qui fait le siège des institutions. C’est le cas notamment de la déclinaison européenne de la Manif pour tous. **Retour sur image avec Nicolas Willems de la RTBF.**
Ecole Alliance
Ecole Alliance © Alexandra Richard
La Suisse, vous le savez, ne fait pas partie de l’Union européenne, mais dans ce pays qui compte 38% de catholiques et 27% de protestants, ce sont les nouvelles églises évangéliques qui gagnent du terrain. Ainsi en Suisse Romande on a appris, au début de l’année que sept écoles privées, évangéliques enseignaient le créationnisme dans leurs cours de sciences. Cette révélation a créé un malaise et une inspection est en cours, car ces écoles sont agrées et doivent donc respecter le programme officiel. [**Voici l’enquête d’Alexandra Richard de la Radio Télévision Suisse.** ](http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/intercites/5718339-laicite-2-5-suisse-l-ecole-des-creationnistes.html)
Charte de la laïcité PAPREC
Charte de la laïcité PAPREC © Radio France / Laetitia Saavedra
Et chez nous ? Depuis plusieurs années, le débat porte moins sur les écoles privées sous contrat que sur le port du voile. Chacun en tête le feuilleton judiciaire de la crèche Baby loup, crèche privée attaquée pour avoir licencié une nourrice qui avait décidé de porter le voile au travail. Officiellement, en France, seuls les employés du service public sont soumis à une stricte neutralité. Plus récemment, le groupe PAPREC, une entreprise spécialisée dans le recyclage, a décidé d’interdire à ses employés les manifestations et les signes religieux ostentatoires Un interdit négocié et accepté par les salariés, sous forme d’une charte laïque qu’ils ont adoptée. Ils sont 4000 appartenant à 52 nationalités différentes…Mais l’initiative est risquée, car PAPREC n’est ni un service public, ni une entreprise ou une organisation de tendance comme on dit : c’est une entreprise privée de recyclage. Tant que personne ne se plaint, ça passe ! **Laetitia SAAVEDRA est allée voir, pourquoi et comment**
[**Nous allons maintenant au Québec où on s’interroge sur l’avenir de la Charte des valeurs** :](http://ici.radio-canada.ca/emissions/desautels_le_dimanche/2013-2014/archives.asp?date=2014-03-30) un projet de loi en débat au parlement avant les élections du 7 avril dernier qui ont débouché sur un changement de majorité. Le parti libéral, a décidé de soumettre ce projet de Charte aux juristes pour voir s’il était conforme à la constitution. De quoi s’agit-il ? …De définir des valeurs communes et le moyen de les faire respecter. A l’imitation de la France, cette Charte devait le port de signes religieux aux employés de la Province, des municipalités, mais aussi dans les écoles et les hôpitaux_._ Depuis ses origines le Québec est une terre d’immigration. Les Québécois ne l’ont pas oublié et sont prêts à faire des « accommodements raisonnables » pour reprendre leur expression, afin de permettre aux nouveaux arrivants de pratiquer leur religion.
Toutes les générations de femmes de la famille Lanctôt
Toutes les générations de femmes de la famille Lanctôt © Myriam Fimbry
Mais c’est aussi un pays où les féministes sont très fortes…Et si la plupart se méfient des religieux, une bonne partie d’entre elles défendent le droit des musulmanes de garder le voile en toutes circonstances. Au nom de quoi ? Et bien de leur liberté et surtout de leur accès au travail. Ce débat divise les familles. Bien au-delà des clivages politiques. **Myriam FIMBY, notre consoeur de Radio Canada, a planté son micro chez la comédienne et cinéaste Micheline Lanctôt qui accueillait dans son salon, fille, nièces et petites filles…Trois générations ! Et ça n’est pas triste !**
Invitée, pour commenter ces reportages : Martine CERF secrétaire générale de l’association « Egale » (Egalité Laïcité Europe) Co-auteur, avec Marc Horwitz, du Dictionnaire de la laïcité (Armand Colin 2011) Et de "Ma liberté, c’est la laïcité" préfacé par Robert BADINTER (Armand Colin2013)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.