2è épisode avec Nassira Hedjerassi. Au programme: rapport au savoir, bell hooks et afroféminisme. Comment en vient-on aux livres, aux études, à la sce? Comment sommes nous éduqués

Manifestation internationale féministe
Manifestation internationale féministe © Maxppp / Patrick Gherdoussi

Une femme qui pense le monde d’aujourd’hui et qui a peut-être même l’intention de le changer : Nassira Hedjerassi.

Directrice du CEREP, le centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations; chargée de mission Egalité et Diversité de l’Université Reims Champagne Ardennes .

Son domaine, ce sont les sciences de l’éducation. Nassira Hedjerassi s'intéresse à l’accès que nous avons au savoir, aux livres, aux études, à la science. Comment devient-on savant, pourquoi ne le devient-on pas. Cette question, elle la pose particulièrement concernant les femmes.

Avant de se lancer dans les connaissances des femmes, elle a étudié des intellectuelles

Elle a commencé par s'intéresser à la place des femmes en philosophie antique. Puis étudié les trajectoires de grandes intellectuelles comme Simone Weil ou Hannah Arendt. Et plus récemment celles de figures du mouvement afroféministe américain, comme Angela Davis.

Comment ces femmes sont-elles devenues de grande figures de la pensée ? Qu’est-ce qui, dans leur genre, dans leur milieu d’origine, les prédisposait à devenir des savantes ?

A lire :

  • Nassira Hedjerassi a préfacé le livre de bell hooks. De la marge au centre : théorie féministe paru en février aux éditions Cambourakis. Dans cet essai, publié en 1984, l'intellectuelle engagée américaine s'intéresse aux succès et aux manquements des mouvements féministes qui, selon elle, ont échoué à créer un féminisme fédérateur. Mettant sur le devant de la scène les femmes noires et celles des milieux populaires, elle plaide en faveur d'une approche révolutionnaire de ce courant.

  • Dictionnaire des féministes en France (de la Révolution à nos jours), sous la direction de Christine Bard et Sylvie Chaperon, PUF, collection « Quadrige ». Nassira Hedjerassi a écrit les notices "Black Feminism" et "Intersectionnalité"
  • Alors qu’elle est jeune étudiante à Stanford en women’s studies dans les années 1970, bell hooks souffre de l’absence de voix de femmes noires et des problématiques raciales. Elle se lance à l’âge de 19 ans dans le travail qui donnera lieu à l’essai de référence Ain’t I a Woman : Black Women and Feminism, publié aux États-Unis en 1981. Un éditeur indépendant en propose en 2015 la première traduction française, alors que seuls deux extraits de ses essais avaient été jusque-là traduits. Dans ses textes, bell hooks met en exergue les impasses criantes des pensées féministes, produites par des femmes blanches de classe moyenne, sur les interrelations entre structures de classe, de race, de sexe et de sexualités, dans une société étatsunienne (hétéro)patriarcale, raciste et capitaliste. Ces impensés mettent en lumière le caractère situé des savoirs, produits des positions sociales de leurs auteur.e.s.
  • L'article de Nassira Hedjerassi et José Reyes " Gestion des émotions de migrantes transidentitaires sud-américaines en France "ssera prochainement publié dans la revue Migrations Société.

Les Disques :

  • JUNIORE, "Difficile"
  • IBEYI "Away away"
  • CALYPSO ROSE "Woman smarter"
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.