Maboula Soumahoro est maîtresse de conférence à l’Université de Tours en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes, chercheuse en french diaspora studies. C’est aussi l’une des principales voix sur la question de l'identité noire.

Maboula Soumahoro, universitaire franco-ivoirienne, maîtresse de conférences à l'université de Tours, spécialisée dans l'étude de la civilisation américaine et de la diaspora africaine.
Maboula Soumahoro, universitaire franco-ivoirienne, maîtresse de conférences à l'université de Tours, spécialisée dans l'étude de la civilisation américaine et de la diaspora africaine. © Getty / Eric Fougere/VIP Images/Corbis

Maboula Soumahoro soutient des collectifs afroféministes comme Mwasi, et revendique le terme “afropéenne”, alors que de l’autre côté de l’Atlantique on parle volontiers, et depuis longtemps, des afro-américains et américaines.

Le French diaspora studies est un mouvement de recherche ancré dans la tradition universitaire américaine et britannique.

Maboula Soumahoro, maîtresse de conférence et chercheuse et Lauren Bastide, journaliste dans le studio de France Inter.
Maboula Soumahoro, maîtresse de conférence et chercheuse et Lauren Bastide, journaliste dans le studio de France Inter. © Radio France / Perrine Malinge

Tout l’enjeu, du travail de Maboula Soumahoro, est de nommer les choses, de donner voix et corps à des appartenances culturelles auxquelles la France universaliste tendrait à être sourde. 

Le civilisationnisme est une discipline qui repose sur l'interdisciplinarité. Après 1968, une branche de l’anglicisime se développe qu’on appelle “civilisationniste”, et qui mêle à la fois la littérature, l’histoire, la sociologie. 

  • Au cours de l'émission vous avez entendu les voix de : Maryse Condé, Edouard Glissant et Christiane Taubira

Quelques références complémentaires : 

  • Maboula Soumahoro a soutenu sa thèse en 2008 à l'Université de Tours  :  « La couleur de Dieu, Regards croisés sur la Nation d’islam et rastafarisme 1930-1950". 
  • Elle travaille en ce moment à l'écriture d'un livre qui paraîtra à l'automne 2019 aux Editions de La Découverte : Le triangle et l’hexagone.
  • Maboula Soumahoro a créé l'association  Black History Month en 2013, en s’inspirant de la célébration qui a lieu tous les mois de février aux États-Unis depuis les années 20. Black History Month met à l'honneur la culture issue de la diaspora africaine et celles et ceux qui en sont les ambassadeurs. 
  • Le site du Collectif Mwasi 

La programmation musicale :

  • CASEY : « Places gratuites »
  • LIZZO  : « Juice »
  • FAYE WEBSTER  « Come to Atlanta »
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.