Le nouveau Coronavirus n’est pas rassurant, mais d’autres virus pourraient faire leur apparition.

Image d'illustration. Les coronavirus provoquent des infections des voies respiratoires chez l'homme et sont liés au rhume, à la pneumonie et au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).
Image d'illustration. Les coronavirus provoquent des infections des voies respiratoires chez l'homme et sont liés au rhume, à la pneumonie et au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). © Getty / ROGER HARRIS/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Des chercheurs ont foré des glaciers de l’Himalaya. L’article n’est pas encore publié, mais on sait qu’ils ont trouvé 33 virus dont 28 inconnus, dans de la glace vieille de 15 000 ans.

Pour les chercheurs, dans le meilleur des cas, la fonte des glaces nous fera perdre des données qui pourraient nous renseigner sur notre passé. Mais  dans le pire des cas, le réchauffement pourrait être à l'origine d'une libération de "nouveaux" agents pathogènes.

En 2017, des chercheurs avaient découvert, dans le pergélisol, un virus vieux de 30.000 ans. Ils étaient parvenus, sous contrôle, à le réactiver. Les virus peuvent donc survivre très longtemps.

La plupart des micro-organismes enfermés dans les glaces ne seraient pas dangereux pour les hommes.

On sait pourquoi le stress provoque des cheveux blancs

Des scientifiques américains et brésiliens ont découvert, en faisant des recherches sur les cellules souches responsables de la couleur des souris, que les poils des rongeurs devenaient blancs quand les animaux étaient stressés. 

Le stress augmente le rythme cardiaque et la pression artérielle. 

Lorsque les cellules souches qui sont à l’origine des pigments ont été perdues, les dégâts sont permanents.

Une solution pour garder sa couleur de cheveux serait de cibler des protéines avec un médicament.

Pour les chercheurs, cela montre que le stress peut affecter les cheveux certes, mais aussi de nombreuses parties du corps. 

Utiliser l'urine comme engrais : une bonne idée pour les chercheurs

Chaque être humain produit environ 500 litres d’urine chaque année. L'azote, le phosphore et le potassium présents dans ce liquide en font un excellent engrais, que certains utilisent déjà. Mais des scientifiques craignaient que cette pratique n'accentue la résistance aux antibiotiques.

Après avoir collecté et analysé plus de 100 litres d'urine aux États-Unis, une équipe de recherche de l'Université du Michigan a stocké le liquide entre douze et seize mois pour que de l'ammoniaque s'y crée.

Et l'étude montre que quand l'urine est stockée pendant un certain temps, elle ne peut transmettre et propager une résistance aux antibiotiques. L'urine peut donc être utilisée sans crainte comme engrais, à condition qu'elle soit vieillie.

Les réserves mondiales de phosphore sont quasi épuisées et non renouvelables, les déchets corporels pourraient être une des dernières sources naturelles.

le recensement les limaces

Le Brexit n’arrête pas une chercheuse qui recrute des volontaires pour recenser les limaces ! On pense qu'il y a plus de 40 espèces de limaces au Royaume-Uni. 

La dernière étude menée dans les jardins anglais dans les années 40 avait  trouvé neuf espèces. Beaucoup d'autres sont arrivés depuis, et notamment la limace espagnole qui serait arrivée sur des feuilles de salade. 

Le jour, on voit de  grosses limaces aux couleurs vives. Mais, la nuit on peut observer toutes sortes de couleurs, de tailles et de types de limaces.

Pourquoi recenser les limaces ? Pour mieux comprendre quelles sont les espèces susceptibles de causer des problèmes.

Les limaces recyclent et compostent les déchets de jardin, elles nourrissent aussi les oiseaux, les grenouilles et les hérissons.

Vive les limaces ! Vive les limaces anglaises !

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.