Fabienne Chauvière recoit Dominique Cardon .

Elle avoue un amour fou pour les étoffes et les couleurs. Surtout celles que l’on portait avant. Elle n’a rien contre les teintures synthétiques, mais elle - mieux que personne- connait les subtilités des bruns, des verts, des pourpres ou des bleus que l’on peut extraire des plantes, des coquillages ou des insectes.

Pays de cocagne
Pays de cocagne © Radio France /

Dominique Cardon a parcouru le monde à la recherche des recettes d’autrefois. Dans des contrées reculées, elle a rencontré de vieux teinturiers, derniers héritiers de traditions parfois plus que millénaire. Elle a hanté les bibliothèques, retrouvé des manuscrits, des traités du Moyen Age, des papyrus égyptiens. Et lorsqu’elle pense avoir retrouvé une formule, elle la teste.

Dominique Cardon pratique l’archéologie expérimentale depuis qu’elle est tombée dans le bain de la teinture

Tous les vêtements qu’elle porte sont colorés par ses soins, avec des plantes qu’elle a ramassées elle-même.

En Irlande, où elle a poursuivi son cursus universitaire, elle a découvert qu’elle raffolait aussi des textiles. Une créatrice, lui a appris à tisser, ce qui l’a amenée à travailler quelques années plus tard à travailler pour la maison Chanel,

Un peu détective, un peu Indiana Jones Dominique Cardon est une passionnée, une curieuse, une chercheuse pointue, qui n’en revient pas de la vie qu’elle mène depuis plusieurs décennies, entre son jardin des Cévennes où elle fait pousser le pastel ou la garance, et ses grands voyages.

Le monde des teintures naturelles

Le monde des teintures naturelles
Le monde des teintures naturelles © Radio France /

De la pourpre impériale extraite de coquillages marins aux étoffes teintes aux écorces et à la boue, les teintures naturelles étaient, jusqu'à la fin du XIXe siècle, les seules sources de couleurs de tous les textiles utilisés quotidiennement par les humains. Elles servaient aussi à teindre la peau et les cheveux, à mettre en couleurs cuirs, poils, plumes, bois, os et ivoires, comme colorants alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques et comme pigments pour la peinture. Supplantées durant plus d'un siècle par les teintures synthétiques, elles redeviennent aujourd'hui un enjeu économique et culturel.

Invitation à un tour du monde des savoirs sur la teinture par les colorants naturels, à travers l'histoire de l'art, l'artisanat traditionnel, les recherches scientifiques interdisciplinaires de pointe et leurs applications industrielles, cet ouvrage offre une synthèse des connaissances sur les matières colorantes présentes dans plus de quatre cents plantes, lichens et champignons et dans une quarantaine d'animaux du monde entier. Un appendice chimique regroupe toutes les structures des colorants naturels étudiés. L'ouvrage est illustré de quelque 600 photos sur les plantes et les animaux tinctoriaux, les textiles et les objets anciens qu'ils colorent, sans oublier les teinturières et teinturiers au travail au fil des siècles.

Ce livre est aussi un appel à la préservation et à la mise en valeur d'un patrimoine précieux de l'humanité : les couleurs issues de la Nature, découvertes par les civilisations humaines dans toutes les régions du monde, au long d'une quête commencée à la préhistoire qui prend tout son sens aujourd'hui.

Les références

L'équipe

Mots-clés:
Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=