C'est le rêve de Vincent Fleury, directeur de recherche CNRS au laboratoire "Matières et systèmes complexes" à l'université Paris-Diderot.

Un lézard vert sur une branche.
Un lézard vert sur une branche. © Getty / Kuritafsheen

Faire repousser des membres n'est pas une idée saugrenue. Chez beaucoup d'invertébrés, et quelques vertébrés tels le titron ou le lézard, les pattes, la queue, ou même toute une partie du corps peut se régénérer.

De nombreux malades ou accidentés seraient heureux de retrouver un doigt, une main ou un bras entier. Il y a eu récemment ces cas d'enfants nés sans bras, Vincent Fleury aimerait évidemment faire quelque chose pour eux.

Dans son laboratoire, l'idée est de stimuler le tissu pour qu'il refasse, par ses propres moyens, un organe identique remplaçant l'organe ou le membre lésé. Redémarrer le "programme physiologique" en quelque sorte. Des scientifiques ont déjà réussi à faire repousser des morceaux de rein ou de poumon. Mais pour aller plus loin, pour comprendre comment se forment nos jambes, nos mains, notre foi, il faut tout savoir du processus de développement des embryons.

Récemment, le groupe de Vincent Fleury a découvert que le processus de développement peut-être accélérer avec de la stimulation électrique. Une décharge exercée au bon moment, au bon endroit, et avec la bonne intensité, peut accélérer les contractions morphogénétiques de l'embryon. Cette découverte ouvre de grandes perspectives.

  • Pour en savoir plus

Un article de Vincent Fleury sur le site The Conversation.

Les invités
  • Vincent FleuryBiophysicien. Directeur de recherches au CNRS, spécialiste de la morphogenèse
Programmation musicale
  • DELGRESLanme la (radio edit)2019
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.