Fabienne Chauvière accueille l'astronome Daniel Kunth.

Espace
Espace © Radio France

Daniel Kunth a choisi de faire de l’astrophysique il y a 40 ans… exactement au bon moment. Car depuis quelques décennies, nous vivons une époque sans précédent pour l’observation de l’Univers.

L’infiniment petit a livré quelques secrets qui permettent de mieux percer ceux de l’infiniment grand.

Daniel Kunth a pu profiter de toutes les évolutions de la technologie, des télescopes terrestres, de Hubble, et de la révolution informatique pour aller regarder toujours au plus près des étoiles, et pour tenter de comprendre ce qui l’intéresse depuis longtemps : la formation et la vie des galaxies.

Bien sûr, les énigmes sont encore nombreuses

Plus de 90% de la masse de notre Galaxie serait constituée de matière noire, c'est-à-dire d’inconnu.

Et puis, comme le dit très bien Daniel Kunth , regarder le ciel, ce n’est que regarder le passé, un passé qui peut être vieux de plus de 13 milliards d’années. Il dit aussi, et là on est pris de vertiges : « avec l’expansion de l’univers, l’horizon se dérobe au fur et à mesure qu’on avance »

Daniel Kunth , chercheur CNRS, Astrophysicien à l’Institut d’astrophysique de Paris, a atteint il y a quelques jours, et on a du mal à la croire, l’âge officiel de la retraite… Son statut de chercheur lui permet d’être émérite… c'est-à-dire qu’il peut continuer à exercer, mais sans percevoir de salaire…

Portrait aujourd’hui d’un jeune homme, au sens propre comme au sens figuré, émerveillé par le ciel comme aux premiers jours.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.