Fabienne Chauvière reçoit Hervé le Treut .

Climat
Climat © Radio France

Hervé le Treut est un homme discret, presque timide, qui aime la lecture, la musique, l’argentine… et qui est tombé dans la marmite du climat presque par hasard dans les années 70, et y a trouvé sa place.

Il est aujourd’hui considéré comme un des meilleurs experts mondiaux des changements climatiques.

Hervé le Treut est membre de l’Académie des Sciences, et participe activement aux travaux du GIEC, qui a rendu public la synthèse de son dernier rapport dimanche dernier.

C’est en 1986 qu’Hervé le Treut a pris conscience de l’influence humaine dans l’effet de serre… et qu’il a décidé d’y consacrer sa vie de chercheur. A l’aide d’ordinateurs superpuissants, il reconstitue les climats du passé pour imaginer ceux du futur.

Il explique que la moitié du gaz qui est injecté dans l’atmosphère par nos activités y reste une centaine d’années au moins.

Il dit aussi que l’on en injecte de plus en plus : 10 milliards de tonnes de dioxyde de carbone par an. 10 fois plus que dans les années 50.

Hervé le Treut a beaucoup apporté à la compréhension des phénomènes qui interviennent dans l’évolution du climat.

Il le raconte avec des mots simples un avenir qui n’est pas radieux, et on le sent très préoccupé par les conséquences sociétales d’un réchauffement climatique. Hervé Le Treut reste néanmoins optimiste : nous pouvons encore éviter que le ciel ne nous tombe sur la tête.

Les liens

Institut Pierre-Simon Laplace L’IPSL regroupe 6 laboratoires ( LATMOS , LISA , LMD , LOCEAN , LPMAA , LSCE ) dont les thématiques de recherche concernent l’environnement global. Ces laboratoires élaborent une stratégie commune pour l’étude du « Système Terre » dans sa globalité ainsi que pour l’étude d’autres objets du Système solaire. Ses principaux objectifs sont de : comprendre les processus dynamiques, chimiques et biologiques à l’œuvre dans les océans et dans l’atmosphère et les processus d’échange de matière et d’énergie entre l’atmosphère, les océans, et la biosphère, et en particulier comprendre les cycles de l’eau et du carbone ;comprendre la variabilité naturelle du climat aux échelles régionale et globale, et l’évolution passée et future de notre planète ;comprendre les impacts des activités humaines sur la couche d’ozone et sur le climat et prédire le climat à l’échelle saisonnière et inter-annuelle (mousson, El Niño, Oscillation Nord-Atlantique) ainsi qu’à l’horizon de la fin du siècle ;utiliser ses compétences sur l’environnement terrestre pour étudier les environnements des autres planètes.

Le Portail du GIEC en français Ce portail est destiné à faciliter l’accès aux documents du GIEC publiés en français. On y trouve des renseignements sur le GIEC et les publications du GIEC qui ont été traduites en français ainsi qu’un glossaire des termes les plus fréquemment utilisés. (Rapport 2013 en attente de traduction)

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.