Elles aident leur fils à trouver le bon parti !

Chez les bonobos, des chercheurs ont découvert que les mères jouer les entremetteuses.
Chez les bonobos, des chercheurs ont découvert que les mères jouer les entremetteuses. © Getty / Hendrik Schmidt/picture alliance
  • Nos cousins les bonobos vivent dans des sociétés dominées par les femelles. 

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’institut Max Planck en Allemagne, explique que les mâles dont la mère vit dans le même groupe ont trois fois plus de chances d'avoir des descendants que ceux dont la mère n’est pas au groupe.

Les scientifiques ont suivi des bonobos de République démocratique du Congo. Ils ont constaté que les fils, quand ils se trouvent près de maman, réussissent mieux à s’approcher d’autres femelles, notamment pour copuler. Et si une femelle est particulièrement attirante, ce sont les mères qui font le premier pas, comme pour leur présenter leur fiston. 

  • Les punaises de lit sont de très très anciens insectes

Ces punaises existaient, alors qu’il n’y avait pas encore de lit... Les punaises de lit embêtaient peut être déjà les dinosaures. 

Quinze chercheurs ont collecté dans les musées  des milliers de spécimen fossilisés. Avec leur ADN, ils ont reconstitué leur histoire. 

D’après leurs études, les punaises ont au moins 115 millions d’années. Elles sont deux fois plus vieilles que les chauves-souris, leur hôte préféré. Elles existaient donc en plein Crétacé.

  • Pour la première fois une bière a été créée avec une levure vieille de plus de 3 000 ans.  

Cette bière blonde, avec une teneur en alcool de 6 % a le goût d’une bière de blé.

Des chercheurs israéliens ont annoncé il y a quelques jours qu'ils avaient réussi à extraire de la levure d'anciennes jarres pour fabriquer une bière semblable à celle que les pharaons buvaient il y a plus de 3000 ans.

Pour produire ce breuvage, les chercheurs ont utilisé les méthodes modernes de fabrication de bière. Ils espèrent dans l'avenir pouvoir en produire en utilisant cette fois des recettes antiques et peut être même la commercialiser. Lorsque ils ont bu cette bière, un des archéologue a déclaré : « soit tout se passe bien, soit nous serons tous morts dans cinq minutes. » Je vous rassure, ils ont survécu. 

  • Les colons martiens ne pourront plus se reproduire avec des terriens : un séjour prolongé sur Mars entraînerait une mutation rapide de nos gènes. 

SpaceX espère envoyer un homme sur Mars dès 2024. La NASA, en 2033. Selon un chercheur américain, l'absence d'atmosphère va entraîner de profonds bouleversements dans les organismes des astronautes. 

Les espaces étroits et réduits des futurs habitats martiens devrait entraîner une généralisation de la myopie, l’environnement stérile sans micro-organismes, fera que le corps ne pourra plus combattre efficacement les germes en cas de contact. 

Assez tôt, sur Mars, des personnes aux os plus denses verront le jour elles auront de nouvelles couleurs de peau, avec peut-être des pigments inédits. Le système sanguin sera aussi plus adapté à l’environnement artificiel. Un nouvel homo sapiens pourrait à terme voir le jour.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.